Com­ment pal­lier au grave dé­fi­cit d’ap­pli­ca­tion de la loi ?!

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Ab­der­rah­mane Ibn Khal­doun, his­to­rien, so­cio­logue et pen­seur tu­ni­sien a écrit dans sa cé­lèbre Al Mu­qad­di­ma : «la « jus­tice est le fon­de­ment de toute ci­vi­li­sa­tion ». Elle consti­tue, éga­le­ment, une condi­tion sine qua non pour l'ins­tau­ra­tion d'un Etat de droit et des ins­ti­tu­tions. Elle est, aus­si, la ga­rante de la dé­mo­cra­tie et du res­pect des droits de l'homme. La ré­ci­proque est vraie dans le sens où toute jus­tice, qui veut être res­pec­tée et cré­dible, a be­soin de mé­ca­nisme d'être ap­pli­quée par tous les jus­ti­ciables dont no­tam­ment les ré­cal­ci­trants. Et c'est là qu'in­ter­vient le pou­voir exé­cu­tif qui dis­pose de la force pour im­po­ser la loi et ap­pli­quer les sen­tences ren­dues par les ma­gis­trats.

Il va de soi, en ef­fet, que si on n'ap­plique pas les lois et si les ju­ge­ments res­tent lettre morte et sans concré­ti­sa­tion, ce se­rait la fin de toute ci­vi­li­sa­tion puisque la vie se­rait, alors gé­rée et ré­gie par les lois des plus forts ou par ce qu'on ap­pelle plus com­mu­né­ment la loi de la jungle qui sé­vit dans les si­tua­tions d'anar­chie.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.