Les mar­chands des plantes na­tu­relles ap­pré­hendent l’ave­nir avec in­cer­ti­tude

Face à l’in­va­sion du com­merce du prêt-à-por­ter im­por­té dans la Mé­di­na de Tu­nis

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­lah BEN HA­MA­DI

Face à la dis­pa­ri­tion de plu­sieurs bou­tiques de fa­bri­ca­tion de la ché­chia et des li­brai­ries tra­di­tion­nelles aux abords de la mosquée de la Zi­tou­na, dans la Mé­di­na de Tu­nis, les mar­chands des plantes na­tu­relles con­cen­trés dans la rue voi­sine de Souk El Blat nous ont fait part de leur ap­pré­hen­sion de su­bir le même sort sous l’avance ful­gu­rante du com­merce des ar­ticles du prêt à por­ter im­por­té qui a en­va­hi la rue Es­sab­ba­ghine si­tuée dans le pro­lon­ge­ment de Souk El Blat et toutes les ruelles ad­ja­centes jus­qu’à la rue El Mar, celle de Bab El Ja­zi­ra, et les rues de la Com­mis­sion et de Si­di Bou Men­dil.

Face à la dis­pa­ri­tion de plu­sieurs bou­tiques de fa­bri­ca­tion de la ché­chia et des li­brai­ries tra­di­tion­nelles aux abords de la mosquée de la Zi­tou­na, dans la Mé­di­na de Tu­nis, les mar­chands des plantes na­tu­relles con­cen­trés dans la rue voi­sine de Souk El Blat nous ont fait part de leur ap­pré­hen­sion de su­bir le même sort sous l’avance ful­gu­rante du com­merce des ar­ticles du prêt à por­ter im­por­té qui a en­va­hi la rue Es­sab­ba­ghine si­tuée dans le pro­lon­ge­ment de Souk El Blat et toutes les ruelles ad­ja­centes jus­qu’à la rue El Mar, celle de Bab El Ja­zi­ra, et les rues de la Com­mis­sion et de Si­di Bou Men­dil. Li­vrant leurs im­pres­sions, de nom­breux mar­chands ont ad­mis la force de cette pous­sée du com­merce du prêt-à-por­ter im­por­té et ses éven­tuelles re­tom­bées sur leur propre com­merce qui se ca­rac­té­rise par son an­cien­ne­té. Ce­pen­dant ils ont ex­pri­mé leur at­ta­che­ment à leur ac­ti­vi­té en tant que spé­cia­li­té hé­ri­tée de père en fils, et qui a fait de­puis tou­jours la ré­pu­ta­tion de Souk El Blat. C’est ce qu’a dé­cla­ré no­tam­ment le com­mer­çant Nou­red­dine Faou­ra­ti qui se pré­sente dans sa carte de vi­site en qua­li­té de spé­cia­liste dans l’uti­li­sa­tion des plantes mé­di­ci­nales et des huiles vé­gé­tales pour le trai­te­ment de plu­sieurs ma­la­dies comme les ma­la­dies de la peau, la si­nu­site, les hé­mor­roïdes, l’impuissance sexuelle, l’ané­mie, la chute de che­veux. Il a in­di­qué que la de­mande existe mais qu’elle a en­re­gis­tré du re­cul et dé­pend des jours, car, a-t-il dit, la vente des plantes na­tu­relles et des huiles vé­gé­tales n’est plus concen­trée dans l’es­pace du Souk El Blat mais ces plantes et ces huiles sont de­ve­nues des mar­chan­dises or­di­naires qu’on trouve par­tout de sorte que les gens n’ont plus be­soin de ve­nir jus­qu’à Souk El Blat pour en ache­ter.

Le vi­si­teur peut en ef­fet consta­ter que les bou­tiques des plantes na­tu­relles de Souk El Blat conti­nuent d’être fré­quen­tées par les ache­teurs, comme celle de Sa­mir Ben Yous­sef, une per­son­na­li­té connue dans le do­maine, à l’ins­tar de son père Ha­bib Ben Yous­sef, avant lui. Il se pré­sente lui aus­si dans sa carte de vi­site en sa qua­li­té de spé­cia­liste en phy­to­thé­ra­pie et autres spé­cia­li­tés comme le trai­te­ment par l’éner­gie. Il a fait part de son at­ta­che­ment à son ac­ti­vi­té mal­gré l’ex­pan­sion du com­merce du prêt à por­ter et de sa croyance à l’ef­fi­ca­ci­té de sa spé­cia­li­té. Il vend les re­mèdes fa­bri­qués à par­tir des plantes na­tu­relles dont cer­tains sont fa­bri­qués par lui-même.

Tou­te­fois, cer­tains de ses voi­sins par­mi les mar­chands des plantes na­tu­relles de Souk El Blat ont re­con­nu avoir re­çu des offres fi­nan­cières pour éva­cuer et cé­der leurs lo­caux au pro­fit de quelques com­mer­çants de prêt à por­ter im­por­té, comme le com­mer­çant Hé­di qui a dit avoir re­fu­sé, car, a-t-il dit, il ne pou­vait pas re­non­cer à son com­merce qui est une source de re­ve­nu du­rable alors que l’ar­gent qu’il pour­rait ga­gner en cé­dant son lo­cal ne dure pas. Au-de­là des uti­li­sa­tions mé­di­cales des plantes na­tu­relles qui exige des di­plômes du­ment re­con­nus et dé­li­vrés par des uni­ver­si­tés of­fi­cielles, les plantes na­tu­relles ont oc­cu­pé et oc­cupent en­core une place im­por­tante dans la vie des Tu­ni­siens qui les uti­lisent de di­verses ma­nières à di­verses fins comme les pré­pa­ra­tions cu­li­naires. Leur liste est très longue et celles qui sont uti­li­sées en Tu­ni­sie sont nom­breuses dont cer­taines poussent dans le pays, et autres im­por­tées de l’étran­ger. On peut en ci­ter le ro­ma­rin, le thym, la myrrhe, la menthe et plu­sieurs autres es­pèces.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.