« Ur­gence ab­so­lue d’un ces­sez-le-feu » en Sy­rie

• Rus­sie et États-unis re­nouent avec le dia­logue

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Fran­çois Hol­lande a sai­si hier l’oc­ca­sion d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique avec son ho­mo­logue russe, Vla­di­mir Pou­tine, et la chan­ce­lière al­le­mande, An­ge­la Mer­kel, pour rap­pe­ler «l’ur­gence ab­so­lue» d’un ces­sez-le-feu en Sy­rie, a rap­por­té son en­tou­rage. Pa­ris et Mos­cou sont en froid en rai­son du sou­tien ap­por­té par les Russes aux frappes aé­riennes sur la ville sy­rienne d’alep, qui font chaque jour de nom­breuses vic­times ci­viles. Vla­di­mir Pou­tine a an­nu­lé mar­di une vi­site pré­vue à Pa­ris le 19 oc­tobre après avoir re­fu­sé une pro­po­si­tion de Fran­çois Hol­lande d’or­ga­ni­ser à l’ely­sée une réunion sur le dos­sier sy­rien. Le di­ri­geant russe a de son cô­té re­pro­ché à la France de lui avoir ten­du un piège en dé­po­sant aux Na­tions unies un pro­jet de ré­so­lu­tion ré­cla­mant l’ar­rêt des bom­bar­de­ments à Alep et l’ins­tau­ra­tion d’une zone d’ex­clu­sion aé­rienne. Dans ce contexte de cris­pa­tion, le pré­sident russe et son ho­mo­logue fran­çais se sont par­lé de vive voix mer­cre­di à l’oc­ca­sion d’un en­tre­tien à trois, avec An­ge­la Mer­kel, sur le pro­ces­sus de paix en Ukraine. «Le pré­sident a sai­si l’oc­ca­sion de l’ap­pel pour rap­pe­ler sa po­si­tion sur la Sy­rie au pré­sident Pou­tine : ur­gence ab­so­lue d’un ces­sez-le-feu, ac­cès à l’aide hu­ma­ni­taire», a rap­por­té l’en­tou­rage de Fran­çois Hol­lande. «Il a été sou­te­nu clai­re­ment par la chan­ce­lière», a-t-on ajou­té. Dans un com­mu­ni­qué, le Krem­lin in­dique que Vla­di­mir Pou­tine a ré­pon­du qu’il es­pé­rait que les dis­cus­sions pré­vues sa­me­di à Lau­sanne entre les chefs de la diplomatie russe et amé­ri­caine soient «fruc­tueuses» pour re­cher­cher une so­lu­tion au conflit sy­rien. Outre Ser­gueï La­vrov et John Ker­ry, les mi­nistres des Af­faires étran­gères de Tur­quie, du Qa­tar, d’ara­bie saou­dite et d’iran de­vraient prendre part à ces dis­cus­sions. Mer­cre­di à l’as­sem­blée na­tio­nale fran­çaise, le Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls a qua­li­fié d’»in­jus­ti­fiable» l’at­ti­tude «d’obs­truc­tion» adop­tée dans le dos­sier sy­rien par la Rus­sie, dont té­moigne se­lon lui le ve­to à l’onu. La France es­time par ailleurs que des «crimes de guerre» sont com­mis à Alep.

«C’est de la rhé­to­rique po­li­tique, qui (...) ne tient pas compte des réa­li­tés en Sy­rie», a ré­agi Vla­di­mir Pou­tine dans un en­tre­tien en­re­gis­tré mar­di et dif­fu­sé mer­cre­di soir sur TF1. «Je suis pro­fon­dé­ment convain­cu que ce sont nos par­te­naires oc­ci­den­taux et en pre­mier lieu, bien sûr, les Etats-unis qui sont res­pon­sables de la si­tua­tion qui s’est for­mée dans la ré­gion en gé­né­ral et en Sy­rie en par­ti­cu­lier», a-t-il ajou­té. «Sou­ve­nons-nous de l’en­thou­siasme dé­li­rant au dé­but du prin­temps arabe (...) par quoi tout ce­la s’est-il sol­dé ?», a in­sis­té le pré­sident russe. Par ailleurs, le dia­logue re­prend entre Russes et Amé­ri­cains, mais la mé­fiance est de mise tant les po­si­tions des uns et des autres au su­jet de la Sy­rie pa­raissent in­con­ci­liables. Deux réunions ont lieu ce week-end, l’une à Lau­sanne, l’autre à Londres. Elles ras­sem­ble­ront John Ker­ry, le se­cré­taire d’état amé­ri­cain, et Ser­gueï La­vrov, le mi­nistre russe des Af­faires étran­gères, aux­quels doivent se joindre des re­pré­sen­tants des pays arabes, de l’union eu­ro­péenne et de la Tur­quie.

Un im­meuble dé­truit par les raids aé­riens à Alep

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.