Le roi Bhu­mi­bol est mort

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le roi de Thaï­lande Bhu­mi­bol Adu­lya­dej, mort hier, à l’âge de 88 ans, avait été cou­ron­né en 1950 sous le nom de Ra­ma IX. Et la fin de ce règne in­ter­mi­nable clôt un cha­pitre es­sen­tiel, dense et tu­mul­tueux de l’his­toire de la Thaï­lande. L’écra­sante ma­jo­ri­té des 67 mil­lions d’ha­bi­tants du royaume n’a ja­mais connu que lui, mo­narque à l’ef­fi­gie omniprésente qui, très af­fai­bli et ma­lade de­puis des an­nées, était ce­lui qui ré­gnait de­puis le plus long­temps au monde.

Le prince hé­ri­tier Ma­ha Va­ji­ra­long­korn, âgé de 64 ans, va suc­cé­der à son père, en l’hon­neur du­quel une pé­riode de deuil d’un an a été dé­cré­tée, a an­non­cé le chef de la junte thaï­lan­daise.

Même si l’on tient compte de l’his­toire sac­ca­dée et chao­tique d’un pays qui a connu son lot d’épi­sodes tra­giques et de rup­tures mar­quantes, la mort de Ra­ma IX est sans doute l’évé­ne­ment le plus im­por­tant pour l’an­cien royaume de Siam de­puis la fin de la se­conde guerre mon­diale.

Pour­tant, l’his­toire de ce mo­narque au vi­sage com­pas­sé, à l’ex­pres­sion éter­nel­le­ment triste, fut peut-être aus­si celle de « l’homme qui ne vou­lait pas être roi », pour pa­ra­phra­ser le titre du cé­lèbre ro­man de Ki­pling : né le 5 dé­cembre 1927 à Cam­bridge, dans l’etat du Mas­sa­chu­setts (Etats-unis), parce que son père, le prince Ma­hi­dol, pour­suit ses études de mé­de­cine à Har­vard, il ac­cède au trône par ha­sard quand il doit prendre la suc­ces­sion de son frère Anan­da. Ce der­nier vient alors d’être tué d’une balle dans la tête au pa­lais royal de Bang­kok, lors d’un « ac­ci­dent » res­té mys­té­rieux. D’au­cuns avancent que cet épi­sode ja­mais élu­ci­dé au­rait contri­bué à fi­ger pour tou­jours le vi­sage de ce roi très proche de son aî­né en ce masque à l’ex­pres­sion dé­ta­chée et loin­taine. Au­pa­ra­vant, en 1933, Bhu­mi­bol avait sui­vi sa mère à Lau­sanne et fait ses études en Suisse où il se fit re­mar­quer sur­tout pour ses dons de mu­si­cien et de des­si­na­teur. Il gar­de­ra toute sa vie une pas­sion pour le jazz, la trom­pette et la cla­ri­nette. Sa pé­riode suisse, où le jeune prince s’amuse et sou­rit en­core, se­ra no­tam­ment mar­quée par un sé­rieux ac­ci­dent lors d’une vi­rée en voi­ture de sport­sur les bords du lac Lé­man : le fu­tur roi y per­dra un oeil. Il res­te­ra toute sa vie un par­fait fran­co­phone : il y a en­core une quin­zaine d’an­nées, ins­tal­lé sur un fau­teuil dans son pa­lais, il re­gar­dait tous les jours TV5, igno­rant les chaînes de té­lé­vi­sion an­glo­saxonnes.

La dis­pa­ri­tion de Bhu­mi­bol laisse la Thaï­lande or­phe­line et déso­rien­tée, au terme de plus d’une dé­cen­nie d’in­sta­bi­li­té et de vio­lences po­li­tiques mar­quée par deux putschs (2006 et 2014) et un mas­sacre per­pé­tré par les mi­li­taires dans le centre de Bang­kok (2010). Le prince hé­ri­tier Va­ji­ra­long­korn, né en 1952, a long­temps été per­çu avec ré­ti­cence par une grande par­tie de la po­pu­la­tion. La junte au pou­voir et l’oli­gar­chie qui tire les fi­celles de la po­li­tique thaïe n’ont pas peu oeu­vré pour re­do­rer le bla­son de ce per­son­nage un peu fan­tasque qui, jus­qu’à pré­sent, pré­fé­rait pas­ser l’es­sen­tiel de son temps à Mu­nich où il se rend ré­gu­liè­re­ment aux com­mandes de son propre Boeing.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.