«Je viens pour pas­ser un mes­sage clair : L'AFD se tient à vos cô­tés»

Le Di­rec­teur gé­né­ral de l'agence Fran­çaise de Dé­ve­lop­pe­ment en vi­site à Tu­nis : Une nou­velle stra­té­gie 2017-2020 est en cours de pré­pa­ra­tion, en confor­mi­té avec la Dé­cla­ra­tion de Car­thage

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Pro­pos re­cueillis par Rym BENAROUS

Nom­mé à la tête de l'agence Fran­çaise de Dé­ve­lop­pe­ment de­puis juin der­nier, Ré­my Rioux est de­puis hier en vi­site en Tu­ni­sie dans le cadre des pré­pa­ra­tifs de la confé­rence in­ter­na­tio­nale d'ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, so­cial et du­rable « Tu­ni­sia 2020 » qui se tien­dra à Tu­nis au mois de no­vembre. Le Pré­sident Fran­çois Hol­lande fi­gure par­mi les hôtes de marque de ce fo­rum. Entre deux ren­dez-vous, Ré­my Rioux a ac­cor­dé une in­ter­view au jour­nal Le Temps dans la­quelle il évoque la re­la­tion ex­cep­tion­nelle qui lie la France et la Tu­ni­sie mais aus­si les pro­jets an­té­rieurs et fu­turs de L'AFD en Tu­ni­sie ain­si que les bou­le­ver­se­ments so­cio-éco­no­miques que connaît la Tu­ni­sie de­puis quelques an­nées.

- C’est votre pre­mière vi­site en Tu­ni­sie en tant que di­rec­teur gé­né­ral de L’AFD. Dans quel cadre s’ins­crit cette vi­site ?

Je suis très at­ta­ché à la re­la­tion de confiance entre nos deux pays. L’AFD in­ter­vient en Tu­ni­sie de­puis 25 ans. La France est le pre­mier par­te­naire bi­la­té­ral de la Tu­ni­sie. Cette confiance ré­ci­proque s’est en­core ren­for­cée de­puis la « Ré­vo­lu­tion de Jas­min ». J’ai pris mes fonc­tions en juin der­nier et j’ai te­nu à ce que ma pre­mière vi­site au Magh­reb soit ré­ser­vée à la Tu­ni­sie. Cette ve­nue s’ins­crit éga­le­ment dans le cadre de la pré­pa­ra­tion de la confé­rence Tu­ni­sia 2020 que le Gou­ver­ne­ment a sou­hai­té or­ga­ni­ser les 29 et 30 no­vembre pour mo­bi­li­ser les in­ves­tis­seurs du monde en­tier, pu­blics comme pri­vés, en sou­tien au plan de dé­ve­lop­pe­ment du pays. La France, en as­so­cia­tion avec le Qa­tar, le Ca­na­da et la Banque Mon­diale, par­raine cette ma­ni­fes­ta­tion très im­por­tante pour qu’elle ren­contre un plein suc­cès. Je suis ve­nu au­jourd’hui en Tu­ni­sie à la ren­contre du Pré­sident de la Ré­pu­blique et du gou­ver­ne­ment pour pas­ser un mes­sage clair : L’AFD se tient à vos cô­tés pour que le pays soit en ca­pa­ci­té de pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure dans la tran­si­tion éco­no­mique et so­ciale que les Tu­ni­siens et Tu­ni­siennes ap­pellent de leurs voeux. - L’AFD est pré­sente en Tu­ni­sie de­puis 1992. Com­ment se tra­duit concrè­te­ment l’ap­pui de l’agence aux au­to­ri­tés tu­ni­siennes et dans quels do­maines pré­ci­sé­ment ? L’agence ap­porte ses ap­puis tech­niques et ses moyens fi­nan­ciers en ré­ponse aux de­mandes ex­pri­mées par ses par­te­naires. Elle ins­crit ses in­ter­ven­tions dans le cadre des po­li­tiques pu­bliques na­tio­nales. Mais nous in­ter­ve­nons éga­le­ment avec les col­lec­ti­vi­tés et agences lo­cales, les en­tre­prises pu­bliques, les ONG.

En termes de sec­teurs, les pro­jets que nous ac­com­pa­gnons et fi­nan­çons, seuls ou avec d’autres bailleurs (no­tam­ment l’union Eu­ro­péenne), couvrent l’agri­cul­ture, les mines (Groupe Chi­mique Tu­ni­sien pour ren­for­cer au plan en­vi­ron­ne­men­tal ses ins­tal­la­tions), le dé­ve­lop­pe­ment ur­bain (ARRU et CPSCL), l’éner­gie (STEG, ANME, ETAP), l’eau (SONEDE) et l’as­sai­nis­se­ment (ONAS), le trans­port ur­bain (mé­tro lé­ger et RFR du Grand Tu­nis), la mi­cro­fi­nance, la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et l’em­ploi. Pre­nons le do­maine de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, es­sen­tiel pour lut­ter ef­fi­ca­ce­ment contre le chô­mage, no­tam­ment des jeunes di­plô­més : un quart des centres créés ou ré­ha­bi­li­tés en Tu­ni­sie l’ont été sur des concours de l’agence. Un autre exemple, en ma­tière d’as­sai­nis­se­ment: ce sont 900 quar­tiers et un mil­lion de per­sonnes qui ont bé­né­fi­cié des pro­grammes de L’ONAS. Autre exemple : notre sou­tien à la ré­ha­bi­li­ta­tion des quar­tiers po­pu­laires et à la re­qua­li­fi­ca­tion ur­baine a eu des im­pacts po­si­tifs di­rects pour 2 mil­lions d’ha­bi­tants. - La Tu­ni­sie est en pleine mu­ta­tion de­puis plus de ces cinq ans aus­si bien de point de vue so­cio­po­li­tique qu’ins­ti­tu­tion­nel. A cet ef­fet, L’AFD a dé­fi­ni une nou­velle stra­té­gie d’in­ter­ven­tion pour la pé­riode 2014-2016. Quels en sont les points clé et es­ti­mez-vous que l’en­semble soit en adé­qua­tion avec les nou­veaux im­pé­ra­tifs de la Tu­ni­sie ? Les fi­nan­ce­ments de L’AFD se sont his­to­ri­que­ment concen­trés au­tour de trois sec­teurs prin­ci­paux : la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, l’em­ploi et le sou­tien au dé­ve­lop­pe­ment des PME ; en­suite, le dé­ve­lop­pe­ment ur­bain du­rable et les trans­ports sobres en car­bone ; en­fin, la ges­tion in­té­grée des res­sources en eau, la mise en oeuvre du nou­vel agen­da agri­cole et la pro­tec­tion des éco­sys­tèmes sen­sibles. Notre stra­té­gie Tu­ni­sie pour la pé­riode sous re­vue 2014-2016, vi­sait deux ob­jec­tifs opé­ra­tion­nels : d’une part, la créa­tion d’em­plois et l’in­ser­tion so­ciale et pro­fes­sion­nelle et d’autre part, la pro­mo­tion d’un dé­ve­lop­pe­ment du­rable des ter­ri­toires. Une nou­velle stra­té­gie 20172020 est en cours de pré­pa­ra­tion, en confor­mi­té avec la Dé­cla­ra­tion de Car­thage et les do­maines prio­ri­taires de la nou­velle po­li­tique de dé­ve­lop­pe­ment du­rable ar­rê­tée par le gou­ver­ne­ment de Yous­sef Cha­hed et son cadre de ré­formes. Les grands axes du nou­veau Plan quin­quen­nal de dé­ve­lop­pe­ment 20162020 en cours d’ap­pro­ba­tion à L’ARP consti­tue­ront des lignes di­rec­trices pour cette stra­té­gie. L’AFD en­tend mettre l’em­ploi et les ter­ri­toires au coeur de son ac­tion, ain­si que le sou­tien à la ré­forme de l’etat, à la dé­cen­tra­li­sa­tion et au dé­ve­lop­pe­ment des ter­ri­toires, le ren­for­ce­ment du ca­pi­tal hu­main, l’ap­pui à la jeu­nesse, la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’amé­na­ge­ment de villes du­rables. L’agence en­tend dans ce cadre élar­gir ses fi­nan­ce­ments à de nou­veaux do­maines, comme la gou­ver­nance, com­pé­tence que l’etat fran­çais vient de lui confier et pour le­quel je compte avoir des en­tre­tiens avec les mi­nistres des fi­nances, de la fonc­tion pu­blique et des af­faires lo­cales pour échan­ger avec eux sur les thèmes de la mo­der­ni­sa­tion de la fonc­tion pu­blique, de la ré­forme des en­tre­prises pu­bliques et de la dé­cen­tra­li­sa­tion. Nous pré­voyons éga­le­ment de sou­te­nir le dé­ve­lop­pe­ment des éner­gies re­nou­ve­lables, les in­fra­struc­tures nu­mé­riques, la san­té et la pro­tec­tion so­ciale. L’AFD veut pro­mou­voir l’in­no­va­tion en ma­tière fi­nan­cière avec ses par­te­naires des banques et des ins­ti­tu­tions de mi­cro­fi­nance.

Il nous semble que cette stra­té­gie am­bi­tieuse, à dé­cli­ner en­suite en pro­grammes, per­met­tra d’être en phase avec les im­pé­ra­tifs du pays. Mais nous n’ou­blions pas que nous ne sommes pas seuls et nous ac­cor­dons donc une place très im­por­tante à la co­opé­ra­tion avec les autres bailleurs qui ap­puient la Tu­ni­sie et en pre­mier lieu ceux de l’union eu­ro­péenne. C’est en tra­vaillant étroi­te­ment, de ma­nière co­or­don­née et en har­mo­nie avec les pou­voirs pu­blics et les autres ins­ti­tu­tions fi­nan­cières mul­ti et bi­la­téales que nous pou­vons le mieux ré­pondre aux dé­fis de la Tu­ni­sie. - Quels sont les ou­tils et les moyens mis à la dis­po­si­tion de L’AFD et de ses par­te­naires pour sou­te­nir la Tu­ni­sie ? Au­jourd’hui, L’AFD dé­ploie toute sa gamme d’ins­tru­ments fi­nan­ciers au bé­né­fice de la Tu­ni­sie. Elle met en oeuvre des prêts au bé­né­fice de nom­breux mi­nis­tères, d’éta­blis­se­ments ou en­tre­prises pu­blics, des sub­ven­tions pour fi­nan­cer des études ou pour ap­puyer le ren­for­ce­ment des com­pé­tences des ad­mi­nis­tra­tions. Elle oc­troie des lignes de cré­dits à des banques pour fi­nan­cer par exemple des pro­jets dans le do­maine de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique ou met à leur dis­po­si­tion des ga­ran­ties no­tam­ment pour fa­ci­li­ter les prêts aux PME. Il ne faut pas non plus ou­blier que L’AFD gère des sub­ven­tions que lui dé­lègue l’union Eu­ro­péenne et qui ont per­mis à la Tu­ni­sie de bé­né­fi­cier ain­si de près de 100 Mil­lions d’eu­ros sup­plé­men­taires ces 5 der­nières an­nées. En­fin, la fi­liale de l’agence dé­diée au sec­teur pri­vé, Pro­par­co, veut confor­ter sa pré­sence en Tu­ni­sie et ac­com­pagne le dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises en pre­nant des par­ti­ci­pa­tions à leur ca­pi­tal ou en par­ti­ci­pant à l’aug­men­ta­tion de ce­lui-ci. Cette très large gamme d’ou­tils nous per­met d’ap­por­ter des so­lu­tions adap­tées aux be­soins va­riés de nos dif­fé­rents par­te­naires tu­ni­siens (Etat, sec­teur pri­vé, ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, col­lec­ti­vi­tés lo­cales, ONG), que ces be­soins soient fi­nan­ciers, bien sûr, mais aus­si tech­niques (par­tage de sa­voir faire, ren­for­ce­ment des ca­pa­ci­tés, par­te­na­riats). Nous es­pé­rons que les pro­jets pré­sen­tés lors de la Confé­rence Tu­ni­sia 2020 per­met­tront de pro­mou­voir des fi­nan­ce­ments en par­te­na­riat pu­blic pri­vé, aux­quels L’AFD se­rait sus­cep­tible de s’in­té­res­ser à la fois pour la par­tie des fi­nan­ce­ments pu­blics mais éga­le­ment par un sou­tien aux in­ves­tis­seurs. L’AFD est un des rares bailleurs de fonds à pou­voir fi­nan­cer sur une même opé­ra­tion ces deux par­te­naires. - Quels sont les fu­turs pro­jets fi­nan­cés par L’AFD en Tu­ni­sie ?

J’ai évo­qué à l’ins­tant la gou­ver­nance et ses pers­pec­tives en Tu­ni­sie. Si j’in­siste sur ce point, c’est que des ins­ti­tu­tions justes, ef­fi­caces et in­clu­sives, font plei­ne­ment par­tie de l’agen­da in­ter­na­tio­nal du dé­ve­lop­pe­ment – les ODD ont consa­cré en 2015 la gou­ver­nance comme un ob­jec­tif à part en­tière pour chaque pays, la Tu­ni­sie comme la France. En outre, l’agence de­vrait ap­por­ter son sou­tien à la se­conde phase du Pro­gramme de Ré­ha­bi­li­ta­tion et d’in­ser­tion des Quar­tiers d’ha­bi­tat po­pu­laires (PRIQH 2) – nous avions dé­jà mas­si­ve­ment sou­te­nu la pre­mière phase de ce pro­jet. Des ap­puis aux com­munes nou­vel­le­ment crées de­vraient éga­le­ment être mis en place sur 2017 ou 2018.

Par ailleurs, le sou­tien à la tran­si­tion nu­mé­rique tu­ni­sienne, no­tam­ment la dif­fu­sion du très haut dé­bit sur le ter­ri­toire mais aus­si l’ac­com­pa­gne­ment du dé­ve­lop­pe­ment de la e-san­té pour une meilleure ac­ces­si­bi­li­té des soins nous in­té­ressent au plus haut point. Fe­ront éga­le­ment par­tie de nos prio­ri­tés l’ac­com­pa­gne­ment des po­li­tiques de l’etat tu­ni­sien en fa­veur de la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, ma­té­ria­li­sée no­tam­ment des pro­jets de mise à ni­veau en­vi­ron­ne­men­tale, d’éner­gies re­nou­ve­lables de la STEG et de ré­si­lience au chan­ge­ment cli­ma­tique au ni­veau des ter­ri­toires ru­raux.

La pour­suite de la struc­tu­ra­tion du sec­teur de la mi­cro­fi­nance, dont L’AFD a été un des pion­niers en termes de sou­tien fi­nan­ciers en Tu­ni­sie, est éga­le­ment en­vi­sa­gée.

Nom­mé à la tête de l’agence Fran­çaise de Dé­ve­lop­pe­ment de­puis juin der­nier, Ré­my Rioux est de­puis hier en vi­site en Tu­ni­sie dans le cadre des pré­pa­ra­tifs de la confé­rence in­ter­na­tio­nale d’ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, so­cial et du­rable « Tu­ni­sia 2020 » qui se tien­dra à Tu­nis au mois de no­vembre. Le Pré­sident Fran­çois Hol­lande fi­gure par­mi les hôtes de marque de ce fo­rum. Entre deux ren­dez-vous, Ré­my Rioux a ac­cor­dé une in­ter­view au jour­nal Le Temps dans la­quelle il évoque la re­la­tion ex­cep­tion­nelle qui lie la France et la Tu­ni­sie mais aus­si les pro­jets an­té­rieurs et fu­turs de L’AFD en Tu­ni­sie ain­si que les bou­le­ver­se­ments so­cio-éco­no­miques que connaît la Tu­ni­sie de­puis quelques an­nées. En­tre­tien.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.