May avare en dé­tails sur le Brexit à son pre­mier som­met eu­ro­péen

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Royaume Uni

The­re­sa May, qui par­ti­ci­pait à son pre­mier som­met eu­ro­péen en tant que Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique, a bé­né­fi­cié d'un court mo­ment à l'is­sue du dî­ner des chefs d'etat et de gou­ver­ne­ment à Bruxelles pour ex­po­ser ses pro­jets en vue de la sor­tie de la Grande-bre­tagne de l'union eu­ro­péenne. The­re­sa May a confir­mé qu'elle in­vo­que­rait d'ici fin mars 2017 l'ar­ticle 50 re­la­tif à la sor­tie de L'UE dé­ci­dée le 23 juin par ré­fé­ren­dum, ce qui lan­ce­ra deux ans de né­go­cia­tions. Elle a ré­pé­té qu'il n'y au­rait pas de deuxième ré­fé­ren­dum et s'est pro­non­cée en fa­veur d'une sor­tie "en dou­ceur et or­don­née". Son in­ter­ven­tion n'a été sui­vie d'au­cun dé­bat, a rap­por­té un di­plo­mate eu­ro­péen. "May est res­tée fi­dèle à ses notes", a dit ce di­plo­mate, se fai­sant l'écho de la frus­tra­tion per­cep­tible dans cer­taines ca­pi­tales eu­ro­péennes face au flou per­sis­tant quant à la na­ture de la re­la­tion entre la Grande-bre­tagne et L'UE que sou­haite ins­tau­rer la nou­velle Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique. Cette der­nière a ré­cem­ment lais­sé en­tendre qu'elle comp­tait per­mettre à Londres de re­prendre le contrôle de sa po­li­tique d'im­mi­gra­tion, y com­pris en pro­ve­nance de l'union eu­ro­péenne, ce qui se­rait contraire au prin­cipe de libre cir­cu­la­tion au sein de L'UE, l'un des quatre grands prin­cipes du bloc. Une telle initiative ex­po­se­rait la Grande-bre­tagne à perdre son ac­cès au mar­ché unique eu­ro­péen, ce qui sus­cite l'in­quié­tude des mi­lieux d'af­faires bri­tan­niques, en par­ti­cu­lier dans le sec­teur fi­nan­cier.

Une telle is­sue est qua­li­fiée de "Brexit dur" et Fran­çois Hol­lande a mis en garde la chef du gou­ver­ne­ment bri­tan­nique. "Ma­dame The­re­sa May veut un Brexit dur, les né­go­cia­tions se­ront dures", a dit le pré­sident fran­çais. Do­nald Tusk, le pré­sident du Con­seil eu­ro­péen, a abon­dé dans ce sens. "Les prin­cipes de base, c'est-à-dire le mar­ché unique et l'in­di­vi­si­bi­li­té des quatre li­ber­tés, res­te­ront le socle de notre po­si­tion", a-t-il dit. Alors que les Bri­tan­niques se pré­pa­raient à un som­met dif­fi­cile, un col­la­bo­ra­teur de The­re­sa May a qua­li­fié l'am­biance de "construc­tive" et a rap­por­té que la Pre­mière mi­nistre s'était ef­for­cée de mon­trer que la Grande-bre­tagne res­tait un membre ac­tif de L'UE en sou­te­nant le prin­cipe de me­sures contre la Rus­sie au su­jet de la Sy­rie. Se­lon des di­plo­mates eu­ro­péens, The­re­sa May est in­ter­ve­nue à plu­sieurs re­prises au cours de la soi­rée, non seule­ment sur la Sy­rie mais aus­si sur la ges­tion des mi­grants, un thème qui ren­trait dans le cadre de ses com­pé­tences lors­qu'elle était mi­nistre de l'in­té­rieur. Lors d'une dis­cus­sion au su­jet des pro­jets dé­fi­nis en son absence le mois der­nier lors d'un som­met des 27 autres pays de L'UE, The­re­sa May a pris la pa­role pour ré­cla­mer que la Grande-bre­tagne ne soit pas ex­clue des dé­ci­sions prises au sein de l'union tant qu'elle en se­rait membre.

The­re­sa May à son pre­mier som­met eu­ro­péen

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.