Trump le «mau­vais per­dant»

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Hilla­ry Clin­ton a qua­li­fié di­manche Do­nald Trump de «mau­vais per­dant» pour son re­fus, lors du dé­bat qui les a op­po­sés mer­cre­di der­nier, de s’en­ga­ger à ac­cep­ter le ré­sul­tat de l’élec­tion pré­si­den­tielle du 8 no­vembre aux Etats-unis. «Dire que vous ne res­pec­te­rez pas le ré­sul­tat de l’élec­tion, c’est une me­nace di­recte contre notre dé­mo­cra­tie», a dé­cla­ré la can­di­date dé­mo­crate lors d’un ras­sem­ble­ment élec­to­ral à Char­lotte, en Ca­ro­line du Nord. «Le trans­fert pa­ci­fique du pou­voir est l’un des élé­ments qui fait de l’amé­rique ce qu’elle est.» «Et voyez-vous, cer­tains sont de mau­vais per­dants et il nous faut sim­ple­ment conti­nuer à al­ler de l’avant», a-t-elle ajou­té. Do­nald Trump ne cesse de se plaindre d’un sys­tème élec­to­ral «tru­qué» à ses dé­pens sans ap­por­ter la moindre preuve à ses ac­cu­sa­tions. Son camp s’est ef­for­cé de­puis mer­cre­di de nuan­cer ses pro­pos sur l’in­té­gri­té de l’élec­tion.

Alors que le can­di­dat ré­pu­bli­cain est dis­tan­cé dans les in­ten­tions de vote me­su­rées par les ins­ti­tuts de son­dage, ce n’est plus seule­ment la pré­si­den­tielle qui mo­bi­lise l’éner­gie des can­di­dats mais aus­si les élec­tions lé­gis­la­tives qui au­ront lieu en même temps pour le contrôle de la Chambre des re­pré­sen­tants et sur­tout du Sé­nat, tous deux do­mi­nés par le Par­ti ré­pu­bli­cain. Ba­rack Oba­ma a ain­si me­né cam­pagne di­manche pour Hilla­ry Clin­ton dans le Ne­va­da, un Etat dé­ci­sif («swing State») pour la pré­si­den­tielle, mais l’es­sen­tiel de son pro­pos a por­té sur l’élec­tion pour le poste au Sé­nat dans cet Etat. Le pré­sident dé­mo­crate s’en est pris à l’élu ré­pu­bli­cain Joe Heck, qui sou­te­nait Do­nald Trump jus­qu’à la dif­fu­sion ce mois-ci d’une vi­déo de 2005 dans la­quelle le can­di­dat du Grand Old Par­ty (GOP) tient des pro­pos obs­cènes sur les femmes, qu’il se fé­li­cite de pou­voir tou­cher et em­bras­ser grâce à sa no­to­rié­té. «Je com­prends que Joe Heck ai­me­rait main­te­nant ne ja­mais avoir dit ça au su­jet de Do­nald Trump, mais c’est en­re­gis­tré», a dit le pré­sident des Etats-unis, qui a rem­por­té le Ne­va­da lors des pré­si­den­tielles de 2008 et de 2012. Hilla­ry Clin­ton dis­pose d’une avance de 4,2 points sur Do­nald Trump dans cet Etat, avec 45,4% d’in­ten­tions de vote contre 41,3% à son ad­ver­saire, se­lon la moyenne des son­dages éta­blie par Real­clear­po­li­tics.

Il y a trois jours, Ba­rack Oba­ma s’en était dé­jà pris pour les mêmes rai­sons au sé­na­teur ré­pu­bli­cain de Flo­ride Mar­co Ru­bio, qui jouit pour l’ins­tant d’une courte avance sur le dé­mo­crate Pa­trick Mur­phy. «On ne peut pas élire Hilla­ry puis lui re­fi­ler un Con­grès qui pra­tique l’im­mo­bi­lisme, qui n’es­saie­ra même pas de faire quoi que ce soit», a dit Ba­rack Oba­ma dans le Ne­va­da. En cam­pagne en Flo­ride, Do­nald Trump a aus­si in­vi­té ses par­ti­sans à se mo­bi­li­ser non seule­ment pour lui mais aus­si pour les can­di­dats ré­pu­bli­cains au Con­grès, mal­gré ses désac­cords ma­ni­festes avec la di­rec­tion du GOP. «Il vous reste 16 jours pour rendre ce­la pos­sible mais il faut que vous al­liez vo­ter et ce­la veut aus­si dire m’ai­der à faire ré­élire les ré­pu­bli­cains un peu par­tout», a dit l’homme d’af­faires.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.