«Nous avons tout fait sauf l'es­sen­tiel» «Mon ob­jec­tif; le Play-off !»

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Le CA sur­pris par le SG, à Ra­dès

Le Stade Ga­bé­sien s’est im­po­sé pour la pre­mière fois de­vant le Club Afri­cain à Ra­dès. Un suc­cès qui conforte beau­coup les Ga­bé­siens et leur per­met de se rap­pro­cher de L’ES Mét­laoui au clas­se­ment gé­né­ral. C’est un suc­cès que les pro­té­gés de Las­sâad Dri­di n’ont pas vo­lé. Il n’en de­meure pas moins qu’ils au­raient pu lais­ser des plumes à Ra­dès sans cette pré­ci­pi­ta­tion de Khé­li­fa et de plu­sieurs autres joueurs clu­bistes. Les deux tech­ni­ciens ont tou­te­fois eu les mêmes pro­pos quant à la pres­ta­tion de leurs joueurs. Vain­queur et vain­cu sont sa­tis­faits du com­por­te­ment de leurs joueurs et de leur pres­ta­tion. Ils l’ont dé­cla­ré tout juste après le match. Pour Kaïs Yâa­kou­bi, le manque de réus­site est le seul point né­ga­tif de cette ren­contre : « Nous avons eu plu­sieurs oc­ca­sions de but, mais nous avons man­qué de réus­site. Et ce qui compte le plus en foot­ball, c’est la concré­ti­sa­tion. Ce­ci étant, et mal­gré la dé­faite, je suis plei­ne­ment sa­tis­fait du ren­de­ment de mes joueurs. Ils ont tout don­né, mais ils n’ont pas su trou­ver le che­min des fi­lets. J’ai épui­sé toutes mes cartes of­fen­sives sans suc­cès. Seul Mi­niaoui n’a pas joué tout sim­ple­ment parce qu’il manque de com­pé­ti­tion. Cette dé­faite n’al­té­re­ra pas le mo­ral des joueurs à une se­maine du der­by. D’ailleurs, je les ai fé­li­ci­tés après le match et ce n’est pas de la langue de bois. Il faut re­voir le match et vous consta­te­rez que le ren­de­ment fut des plus res­pec­tables. Nous avons com­mis une seule faute que nous avons payée cash. Il ne faut pas ac­ca­bler les joueurs tant qu’ils se donnent comme ils l’ont fait face au Stade Ga­bé­sien. Nous ve­nons de perdre trois points, et ça ar­rive en foot­ball ». Sages pro­pos de la part du tech­ni­cien clu­biste qui a tou­te­fois des choses à se re­pro­cher puis­qu’il au­rait pu pro­po­ser un mi­lieu de ter­rain beau­coup plus créa­teur et of­fen­sif de­puis la pre­mière mi­nute du match. En ali­gnant d’en­trée de jeu Kha­lil, Ghan­dri et Oued­her­fi, il a condi­tion­né la ma­noeuvre of­fen­sive de son équipe. Et puis, le jeune Srar­fi mé­rite un tout autre sort. Certes, il est ir­ré­gu­lier dans le ren­de­ment, mais c’est au staff tech­nique, au di­rec­teur spor­tif et les res­pon­sables de s’en oc­cu­per. Un ta­lent pa­reil ne mé­ri­té pas de moi­sir sur le banc des rem­pla­çants. Et puis on fait tout pour que Ja­zi­ri de­vienne plus per­for­mant en lui don­nant à chaque fois une nou­velle chance. Il ne l’a pas fait mal­gré le fait de jouer avec les se­niors de­puis quelques temps dé­jà. Il fau­drait faire au­tant avec Srar­fi qui est beau­coup plus doué…

Pour Las­sâad Dri­di, et mal­gré ce suc­cès qui vient après la mi­ni-crise qui a se­coué le club après le nul concé­dé lors de der­by face à L’AS Ga­bès, il n’est nul­le­ment ques­tion de bom­ber le torse. Et pour­tant, il au­rait pu le faire d’au­tant plus qu’on a pen­sé le re­mer­cier : « Mes joueurs ont fait preuve de concen­tra­tion mal­gré une se­maine dif­fi­cile. Ils ont ré­agi après le nul de di­manche der­nier et je m’y at­ten­dais face à une grande équipe clu­biste. C’est vrai qu’on s’est im­po­sé au­jourd’hui, mais il ne faut pas pa­voi­ser. Quand on perd, il ne faut pas bais­ser les bras et quand on s’im­pose, il ne faut pas s’at­tar­der sur le ré­sul­tat. Il faut re­gar­der de­vant soi. Ce ré­sul­tat est im­por­tant beau­coup plus pour les joueurs car en ce qui me concerne, je sais ce que fais et ce que je veux. Je suis content pour eux, pour le club et a sa tête son pré­sident qui nous ap­puie sans comp­ter. Certes, la vic­toire est im­por­tante, mais ce qui compte pour moi, c’est la qua­li­fi­ca­tion au play-off. C’est mon ob­jec­tif prin­ci­pal ».

Mou­rad AYARI

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.