Mise en garde de L'UTICA

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Né­jib Cher­ni, membre de la com­mis­sion éco­no­mique re­le­vant de l'union tu­ni­sienne de l'in­dus­trie, du com­merce et de l'ar­ti­sa­nat (UTICA) a mis en garde contre les dan­gers liés aux dis­po­si­tions ins­crites dans le cadre du pro­jet de loi de fi­nances 2017 (PLF) et son im­pact sur la crois­sance éco­no­mique et l'in­ves­tis­se­ment.

Né­jib Cher­ni, membre de la com­mis­sion éco­no­mique re­le­vant de l’union tu­ni­sienne de l’in­dus­trie, du com­merce et de l’ar­ti­sa­nat (UTICA) a mis en garde contre les dan­gers liés aux dis­po­si­tions ins­crites dans le cadre du pro­jet de loi de fi­nances 2017 ( PLF) et son im­pact sur la crois­sance éco­no­mique et l’in­ves­tis­se­ment. In­ter­ve­nant, hier, lors d’une séance d’au­di­tion or­ga­ni­sée par la com­mis­sion des fi­nances, de la pla­ni­fi­ca­tion et du dé­ve­lop­pe­ment re­le­vant de l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) , il a sou­li­gné que l’im­pôt conjonc­tu­rel de 7,5% de l’as­siette fis­cale fe­ra sup­por­ter une charge ad­di­tion­nelle d’en­vi­ron 1077 MD dont 777 MD pro­vien­drait des seules en­tre­prises in­dus­trielles non fi­nan­cières. Le res­pon­sable a par ailleurs ajou­té que cette dis­po­si­tion au­ra un im­pact né­ga­tif sur l’in­ves­tis­se­ment qui ré­gres­se­ra de 12 %, ce qui re­pré­sente une perte de 21 mille em­plois, se­lon une étude de L’IACE (Ins­ti­tut arabe des chefs d’en­tre­prises).

Cher­ni a évo­qué ce qu’il qua­li­fie de hausse bru­tale de la pres­sion fis­cale qui passe de 20,6% à 22,1%. Se­lon une étude de L’ODCE, en 2015 la pres­sion fis­cale est de 31,3% (Ma­roc 28,5% et Mau­rice 20,1%) en in­cluant les contri­bu­tions so­ciales ce qui consti­tue le re­cord en Afrique, pré­cise en­core le res­pon­sable de la cen­trale pa­tro­nale.

Et d’ajou­ter que se­lon le clas­se­ment Doing Bu­si­nesse 2017, le mon­tant des taxes payées par l’en­tre­prise tu­ni­sienne re­pré­sente 60% de son bé­né­fice, ce qui consti­tue là en­core un re­cord d’au­tant plus que la moyenne MENA est de 32%, soit la moi­tié. Pour le membre du bu­reau exé­cu­tif de L’UTICA Taou­fik La­ri­bi, il est im­por­tant d’ad­mettre un prin­cipe es­sen­tiel ; à sa­voir le ca­rac­tère obli­ga­toire de l’im­pôt. Tou­te­fois, pré­cise en­core le res­pon­sable, cet im­pôt doit être ba­sé sur trois vo­lets es­sen­tiels à sa­voir l’équi­té, la neu­tra­li­té et l’ab­sence de ca­rac­tère obli­ga­toire. Nombre d’en­tre­prises font face à une in­jus­tice fis­cale à cause de l’éva­lua­tion ex­ces­sive des agents char­gés du re­cou­vre­ment ce qui a cau­sé une hausse des dettes non re­cou­vrables à 7000 MD. Il a par ailleurs ajou­té que l’éva­sion fis­cale n’est pas liée à une ca­té­go­rie pré­cise et plu­sieurs autres (im­pôts) peuvent être re­cou­verts contrai­re­ment à ce qu’on peut pen­ser. « Sans la sim­pli­fi­ca­tion du sys­tème fis­cale com­plexe et sans élar­gis­se­ment de l’as­siette fis­cale les res­sources fis­cales ne peuvent pas croitre», a-t-il in­di­qué. Hi­chem El­lou­mi, membre du bu­reau exé­cu­tif de cen­trale pa­tro­nale, a pour sa part, af­fir­mé que « l’en­tre­prise paie le prix le plus éle­vé des dé­rives éco­no­miques et bud­gé­taires, évo­quant no­tam­ment le nou­veau ba­rème fiscal et l’im­pôt conjonc­tu­rel.

Lors de l’éla­bo­ra­tion de la loi de fiances, le gou­ver­ne­ment a mis l’ac­cent sur le prin­cipe des équi­libres aux dé­pends de la crois­sance et de l’in­ves­tis­se­ment », a es­ti­mé El­lou­mi.

Et d’ajou­ter que toutes les dis­po­si­tions sont axées sur le sec­teur for­mel et l’im­po­si­tion des en­tre­prises trans­pa­rentes alors que le sec­teur in­for­mel qui ne dé­clare pas ses bé­né­fices, re­pré­sente 50% de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique. Une sor­tie de la crise éco­no­mique reste tri­bu­taire de l’éli­mi­na­tion de l’éco­no­mie pa­ral­lèle, a-t-il en­core in­di­qué, ap­pe­lant à re­struc­tu­rer ou à pri­va­ti­ser les en­tre­prises pu­bliques qui en­re­gistrent des pertes co­los­sales.

Les dis­po­si­tions du PLF 2017 freinent la crois­sance et l'in­ves­tis­se­ment

Les dis­po­si­tions du PLF 2017 freinent la crois­sance et l’in­ves­tis­se­ment

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.