Quatre mos­quées fer­mées en ré­gion pa­ri­sienne

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Quatre mos­quées soup­çon­nées de ra­di­ca­li­sa­tion ont été fer­mées hier en ré­gion pa­ri­sienne. Dans la salle de prières de Cli­chy-sous-bois (Sei­nesaint-de­nis), il ne reste plus que quelques af­faires de fi­dèles. Ce lieu de culte a été fer­mé hier, car à l'in­té­rieur, des prêches très ra­di­caux au­raient été te­nus pen­dant plu­sieurs se­maines. Près de l'en­trée, un fi­dèle af­firme que l'imam n'avait pour­tant rien de sus­pect. "C'était un imam nor­mal", lance-t-il à France 3.

Pour­tant, le pro­prié­taire du lo­cal qui abrite la salle de prières avait dé­jà dé­ci­dé de fer­mer l'en­droit avant même la dé­ci­sion ad­mi­nis­tra­tive. Ce n'est pas le seul lieu de prière en Ile-de-france à être sus­pec­té de pro­mou­voir un is­lam ra­di­cal. Ce sont quatre mos­quées qui ont fer­mé hier. Dans un com­mu­ni­qué, Ber­nard Ca­ze­neuve jus­ti­fie sa dé­ci­sion : "Sous cou­vert de but cultuel, ces lieux abri­taient des réunions vi­sant en réa­li­té à pro­mou­voir une idéo­lo­gie ra­di­cale, contraire aux va­leurs de la Ré­pu­blique et sus­cep­tible de consti­tuer un risque grave d'at­teinte à la sé­cu­ri­té et à l'ordre pu­blics".

Afrique du sud Ce­la fait suite à la pu­bli­ca­tion d'un rap­port sur des ac­cu­sa­tions de tra­fic d'in­fluence exer­cé par une riche fa­mille d'hommes d'af­faires dans la dé­si­gna­tion de membres du gou­ver­ne­ment. Le rap­port ne met pas en cause ex­pli­ci­te­ment Ja­cob Zu­ma mais il vient ali­men­ter les ap­pels en fa­veur d'une dé­mis­sion du chef de l'etat. Pré­sident de­puis 2009, Ja­cob Zu­ma, 74 ans, a dé­jà été mis en cause dans plu­sieurs dos­siers mais a tou­jours réus­si à en sor­tir sans dom­mage avec le sou­tien de la di­rec­tion du Congrès na­tio­nal afri­cain (ANC), le parti au pou­voir. Mais la per­sis­tance d'un chô­mage de masse et le mé­con­ten­te­ment pro­vo­qué par ces scan­dales à ré­pé­ti­tion placent cette fois le chef de l'etat dans une po­si­tion plus dé­li­cate.

Air France na­tio­nal du per­son­nel na­vi­gant. Les contours du pro­jet res­tent en­core à pré­ci­ser, c'est tout l'en­jeu des né­go­cia­tions qui vont dé­bu­ter entre les syn­di­cats et la di­rec­tion.

Af­gha­nis­tan

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.