L’ar­mée pié­tine à Mos­soul

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

• Les forces kurdes pro­gressent vers Ba­chi­ka

Les forces kurdes ont at­ta­qué hier la lo­ca­li­té de Ba­chi­ka au nord-est de Mos­soul, tan­dis que les uni­tés spé­ciales de l’ar­mée ira­kienne étaient en­ga­gées dans une gué­rilla ur­baine dans les quar­tiers est de la grande ville du nord de l’irak. Les pre­miers élé­ments d’une force de 2.000 pesh­mer­gas ont pé­né­tré dans Ba­chi­ka, cer­tains à bord de vé­hi­cules blin­dés, d’autres à pied, après le pi­lon­nage de cette ville si­tuée au pied d’une mon­tagne, à en­vi­ron 15 km de Mos­soul.

«Notre ob­jec­tif est de prendre le contrôle de la ville et de chas­ser tous les com­bat­tants de Daech , a dé­cla­ré le lieu­te­nant-co­lo­nel Sa­feen Ra­soul. «On es­time qu’il reste en­vi­ron une cen­taine de dji­ha­distes et une di­zaine de voi­tures sui­cide.»

L’etat is­la­mique cherche à ra­len­tir la pro­gres­sion des forces à l’as­saut de Mos­soul de­puis le 17 oc­tobre en en­voyant des ka­mi­kazes au vo­lant de vé­hi­cules bour­rés d’ex­plo­sifs. Se­lon des com­man­dants de l’ar­mée fé­dé­rale, une cen­taine de ces voi­tures pié­gées ont ex­plo­sé sur le front est, et 140 autres sur le front sud.

Face à la dif­fi­cul­té de pro­gres­ser dans Mos­soul, l’état-ma­jor de l’ar­mée ira­kienne est sou­cieux que ses troupes gardent le mo­ral. L’un de ses gé­né­raux a af­fir­mé qu’au­cune ar­mée au monde ne pour­rait me­ner la guerre ac­tuel­le­ment en cours dans Mos­soul. Très clai­re­ment, c’est une fa­çon de tem­po­ri­ser, de dire que la chute de la ville n’est ni pour de­main ni pour la se­maine pro­chaine, es­time Ar­naud Conte, l’en­voyé spé­cial en Irak de France 2. La ré­sis­tance des ji­ha­distes, qui ont eu le temps de se pré­pa­rer, est achar­née. Ils mul­ti­plient les at­taques ka­mi­kazes et les em­bus­cades contre les uni­tés d’élite de l’ar­mée ira­kienne. À tel point qu’elles ont dû re­cu­ler à plu­sieurs re­prises ce week-end pour re­prendre des forces et peut-être pour écha­fau­der une autre stra­té­gie. Les ji­ha­distes de­daech l’ont dé­mon­tré : ils n’aban­don­ne­ront pas de si­tôt la deuxième ville du pays, là où l’état is­la­mique a été au­to­pro­cla­mé avant de s’étendre en Sy­rie. Une forte ex­plo­sion a ébran­lé hier le convoi des forces kurdes pro­gres­sant vers Ba­chi­ka. Un of­fi­cier des pesh­mer­gas a dé­cla­ré que des ka­mi­kazes avaient pré­ci­pi­té deux voi­tures sur ses troupes.

«Ils sont en­cer­clés. S’ils veulent se rendre, très bien. S’ils ne le veulent pas, ils se­ront tués», a af­fir­mé le lieu­te­nant-co­lo­nel Qan­deel Mah­moud, com­man­dant d’un ba­taillon de pesh­mer­gas.

Des sol­dats amé­ri­cains, ap­par­te­nant au contin­gent de 5.000 hommes dé­ployés par Wa­shing­ton pour conseiller et sou­te­nir l’of­fen­sive contre Ba­chi­ka, ont pé­né­tré dans la ville avec les com­bat­tants kurdes. La ba­taille de Mos­soul, une ville qui comp­tait deux mil­lions d’ha­bi­tants avant sa prise de contrôle par L’EI en juin 2014, est la plus im­por­tante opé­ra­tion mi­li­taire me­née en Irak de­puis l’in­va­sion amé­ri­caine de 2003 et mo­bi­lise quelque 100.000 sol­dats de l’ar­mée ré­gu­lière, membres des forces spé­ciales, po­li­ciers, pesh­mer­gas et mi­li­ciens chiites.

Sur le front sud, les forces ira­kiennes disent avoir re­pris et sé­cu­ri­sé la ville d’ham­mam al Ali et se rap­prochent de l’aé­ro­port de Mos­soul.

Au nord, la 16e di­vi­sion d’in­fan­te­rie a re­pris le vil­lage de Baoui­za et a pé­né­tré dans un autre sec­teur, Sa­da, si­tué en bor­dure de Mos­soul.

Les mi­lices chiites com­battent pour leur part à l’ouest de Mos­soul pour cou­per la route vers Tal Afar, en­core te­nue par les dji­ha­distes. De l’autre cô­té de la fron­tière, des re­belles ara­bo-kurdes sy­riens sou­te­nus par la coa­li­tion an­ti-ei sous com­man­de­ment amé­ri­cain ont an­non­cé di­manche le dé­clen­che­ment d’une of­fen­sive pour re­prendre l’autre grand fief de L’EI dans la ré­gion, Rak­ka dans le nord-est de la Sy­rie. Cette ba­taille de­vrait être aus­si com­plexe à me­ner que celle de Mos­soul me­née par une coa­li­tion hé­té­ro­clite prin­ci­pa­le­ment unie par la vo­lon­té d’éra­di­quer le mou­ve­ment dji­ha­diste. Le fon­da­teur de L’EI, Abou Ba­kr al Bagh­da­di, qui pour­rait se trou­ver dans le nord de l’irak à proxi­mi­té de la fron­tière sy­rienne, a ap­pe­lé ses par­ti­sans à me­ner une «guerre to­tale».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.