Les trois prin­ci­paux axes de la vi­site

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ma­nou­bi MAROUKI

La vi­site of­fi­cielle de deux jours, qu’ef­fec­tue à par­tir d’au­jourd’hui le pré­sident du gou­ver­ne­ment Yous­sef Cha­hed à Paris re­vêt un ca­rac­tère et une im­por­tance ex­cep­tion­nels en ce sens que la France est et de­meure un al­lié stra­té­gique, un par­te­naire de taille et un ami de longue date de la Tu­ni­sie. Une telle vi­site de tra­vail, la deuxième à l’étran­ger de Yous­sef Cha­hed de­puis sa prise de fonc­tion est qua­li­fiée d’of­fi­cielle « en signe de re­con­nais­sance du gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale fon­dé sur l’ac­cord de Car­thage qu’il pré­side. Un exemple de ma­tu­ri­té po­li­tique en­viable à l’échelle in­ter­na­tio­nale » a sou­li­gné hier l’am­bas­sa­deur fran­çais Oli­vier Poivre d’ar­vor lors d’une ren­contre de presse te­nue au siège de l’am­bas­sade à Tu­nis. « La France a-t-il en­core ajou­té est ad­mi­ra­tive de ce qui a été construit en cinq ans. La dé­mo­cra­tie se conso­lide et le consen­sus est lar­ge­ment par­ta­gé pour la faire du­rer. Nous sommes im­pres­sion­nés par cette dé­marche. » Reste que la conso­li­da­tion de la dé­mo­cra­tie passe iné­luc­ta­ble­ment par l’in­ves­tis­se­ment liée à l’en­tre­prise dans son sens le plus large à sa­voir l’éco­no­mie, l’édu­ca­tion, l’em­ploya­bi­li­té…aus­si la vi­site de Yous­sef Cha­hed s’ar­ti­cu­le­ra-t-elle sur trois prin­ci­paux axes, à sa­voir l’éco­no­mie, l’édu­ca­tion et la po­li­tique.

Ap­pui à l’in­ves­tis­se­ment

Pour ce qui est du su­jet éco­no­mique l’am­bas­sa­deur a re­le­vé que « cette vi­site per­met­tra à la Tu­ni­sie d’ex­pri­mer ses at­tentes. La France se­ra à l’écoute et cer­taines me­sures se­ront an­non­cées lors de la te­nue de la Confé­rence in­ter­na­tio­nale sur l’in­ves­tis­se­ment qui se tien­dra les 28 et 29 no­vembre à Tu­nis. » A ce pro­pos, il a as­su­ré que la France qui se­ra re­pré­sen­té par son pre­mier mi­nistre Em­ma­nuel Valls,cher­che­ra en tant que par­rain de cette ren­contre aux cô­tés de Qa­tar et du Ca­na­da à convaincre les in­ves­tis­seurs fran­çais à s’éta­blir en Tu­ni­sie et sou­tien­dra la Tu­ni­sie au­près des bailleurs de fonds étran­gers. « Notre ob­jec­tif, a-t-il, dit est de faire ve­nir un grand nombre d’in­ves­tis­seurs d’au­tant plus que le pré­sident de la Ré­pu­blique Bé­ji Caied Es­seb­si tout comme le chef du gou­ver­ne­ment nous ont as­su­rés de leur ferme vo­lon­té de me­ner à terme les ré­formes qui s’im­posent pour lut­ter contre la cor­rup­tion, faire face au mar­ché pa­ral­lèle, fi­na­li­ser le Code des in­ves­tis­se­ments…en un mot amé­lio­rer l’en­vi­ron­ne­ment des af­faires. » Après la confé­rence, a-t-il ajou­té « nous al­lons mon­ter un Fo­rum avec les grandes en­tre­prises fran­çaise d’informatique pour étu­dier la pos­si­bi­li­té d’ins­tal­ler des centres de co-lo­ca­li­sa­tion à même de per­mettre tout de suite de créer des mil­liers d’em­plois pour les jeunes » Il a, dans le même cadre, re­le­vé que l’écra­sante ma­jo­ri­té des en­tre­prises fran­çaises ins­tal­lées en Tu­ni­sie n’a pas quit­té le pays après la Ré­vo­lu­tion. A ce pro­pos et trai­tant de la ques­tion sé­cu­ri­taire, il a af­fir­mé qu’ « il est tout aus­si fa­cile de séjourner et d’in­ves­tir en Tu­ni­sie tout comme en France qui a été elle-même vic­time du ter­ro­risme. » « Nous di­sons aux tou­ristes fran­çais qu’ils peuvent et qu’ils doivent ve­nir en Tu­ni­sie car c’est un pays sé­cu­ri­sé. En mars pro­chain, a-t-il an­non­cé, il y au­ra une opé­ra­tion au­près des mé­dias fran­çais que je condui­rai moi-même à l’hô­tel Im­pé­rial à Sousse qui va être res­tau­ré et qui va chan­ger de nom. Nous pré­pa­rons éga­le­ment une opé­ra­tion gas­tro­no­mique in­ti­tu­lée « Quatre mains » qui se­ra ani­mée par deux chefs fran­çais ac­com­pa­gnés de deux chefs tu­ni­siens. Ils iront dans l’en­semble des villes du pays et non pas dans les grands res­tau­rants. »

L’at­trac­ti­vi­té édu­ca­tive

Pour ce qui est du deuxième axe, ce­lui de l’édu­ca­tion, Oli­vier Poivre d’ar­vor s’est dit «très im­pres­sion­né par le tis­su édu­ca­tif tu­ni­sien » et es­time que la Tu­ni­sie est ca­pable de « cap­ter le mar­ché fran­co­phone afri­cain de 120 mil­lions de per­sonnes au­jourd’hui et de 500 mil­lions per­sonnes de­main, dans quelques an­nées et ce grâce à une at­trac­ti­vi­té édu­ca­tive à construire. En France, a-t-il re­le­vé il y a 300 000 étu­diants étran­gers. Nous sommes 3éme au monde en la ma­tière. » Par ailleurs l’am­bas­sa­deur a mis en avant l’orien­ta­tion à dé­cen­tra­li­ser l’ins­ti­tut fran­çais et l’en­sei­gne­ment de la langue fran­çaise. « Nous al­lons ren­for­cer notre pré­sence à Sfax grâce à la Mai­son de France et une école fran­çaise à créer en col­la­bo­ra­tion avec des in­ves­tis­seurs lo­caux. En plus de la création aus­si en co­opé­ra­tion avec la Chambre d’in­dus­trie et du com­merce de Sfax d’un Ins­ti­tut fran­co-sfaxien des mé­tiers à forte em­ploya­bi­li­té pour les jeunes ayant le ni­veau du Bac plus 2 ou 3 » a-t-il spé­ci­fié, ajou­tant que la fon­da­tion Al­liance fran­çaise au­ra un nou­veau ré­seau com­po­sé d’as­so­cia­tions de droit lo­cal. Une pre­mière al­liance se­ra créée à Bi­zerte l’an­née pro­chaine et sept autres sui­vront. L’autre dé­marche an­non­cée par l’am­bas­sa­deur, consiste à lan­cer une Fon­da­tion édu­ca­tive pour le­ver des fonds en France, mo­bi­li­ser des vo­lon­taires et for­mer des for­ma­teurs en langue fran­çaise dans le but d’amé­lio­rer les com­pé­tences et aus­si créer une dy­na­mique d’échange entre nombre d’éta­blis­se­ments sco­laires des deux pays. Et nous ap­pre­nons à l’oc­ca­sion que le mi­nistre de l’edu­ca­tion Né­ji Jal­loul a été in­vi­té en France pour une vi­site de tra­vail dé­but 2017.

Sou­tien à la tran­si­tion dé­mo­cra­tique

Le troi­sième et der­nier vo­let de la vi­site de Cha­hed en France por­te­ra sur le sou­tien à la tran­si­tion dé­mo­cra­tique. Sou­tien sous forme d’ex­per­tise aux dif­fé­rentes ré­formes en­tre­prises ou à en­tre­prendre. « Nous al­lons ac­com­pa­gner la Tu­ni­sie dans son pro­ces­sus de dé­cen­tra­li­sa­tion, dans la mo­der­ni­sa­tion de son ad­mi­nis­tra­tion, dans sa lutte contre la cor­rup­tion, dans sa ré­forme fis­cale…mais aus­si pour ce qui est de la gou­ver­nance, des droits de l’homme et sur­tout de la femme dans la me­sure où nous sommes prêts à fa­vo­ri­ser da­van­tage de ren­contres entre femmes tu­ni­siennes et fran­çaise… «, a-t-il conclu.

Yous­sef Cha­hed

Ma­nuel Valls

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.