The­re­sa May en mis­sion sé­duc­tion en Inde

Le Temps (Tunisia) - - Kiosque International -

Grande Bre­tagne

Le Brexit n’est dé­ci­dé­ment pas fa­cile à vendre. La vi­site de trois jours que The­re­sa May ef­fec­tue cette se­maine en In­dea plu­tôt mal dé­mar­ré, mal­gré les dé­cla­ra­tions d’amour de la pre­mière mi­nistre bri­tan­nique à un pays qu’elle consi­dère au­jourd’hui comme « l’ami le plus im­por­tant et le plus proche » du Royaume-uni, au point de l’avoir choi­si comme des­ti­na­tion pour son pre­mier voyage hors d’eu­rope, de­puis son ins­tal­la­tion à Dow­ning Street.

Sans at­tendre sa sor­tie ef­fec­tive de l’union eu­ro­péenne, Londres a dé­ci­dé de res­ser­rer les condi­tions d’at­tri­bu­tion des vi­sas aux étu­diants, et le chef du gou­ver­ne­ment in­dien a bien fait com­prendre à son in­vi­tée que là n’était pas la meilleure fa­çon d’en­vi­sa­ger des liens éco­no­miques ren­for­cés avec l’an­cienne co­lo­nie. « L’édu­ca­tion est vi­tale, et nous n’au­rons d’ave­nir par­ta­gé que si nous en­cou­ra­geons la jeu­nesse à da­van­tage de mo­bi­li­té », lui a ex­pli­qué Na­ren­dra Mo­di à l’oc­ca­sion d’un fo­rum sur les nou­velles tech­no­lo­gies or­ga­ni­sé à New Del­hi, lun­di 7 no­vembre. The­re­sa May a pro­mis «d’en­vi­sa­ger» des as­sou­plis­se­ments dans l’at­tri­bu­tion des vi­sas d’af­faires dé­li­vrés aux In­diens The­re­sa May, qui s’était mon­trée très dure en la ma­tière lors­qu’elle était mi­nistre de l’in­té­rieur, a ré­pon­du par la pro­messe « d’en­vi­sa­ger » des as­sou­plis­se­ments dans l’at­tri­bu­tion des vi­sas d’af­faires dé­li­vrés aux In­diens. Elle l’a as­su­ré à un par­terre d’industriels in­diens, son pays « ne tour­ne­ra pas le dos au monde » et pour­rait d’ailleurs un jour si­gner un ac­cord de libre-échange avec l’inde, « une puis­sance de pre­mier plan, di­ri­gée par un pre­mier mi­nistre qui en­tre­prend des ré­formes de grande en­ver­gure », a-t-elle dit. L’au­di­toire a écou­té sa­ge­ment, pen­sant cer­tai­ne­ment à l’ac­cord si­mi­laire que le sous-conti­nent né­go­cie de­puis près d’une dé­cen­nie avec l’union eu­ro­péenne, sans être par­ve­nu pour l’ins­tant à conclure. Que le géant asia­tique de 1,25 mil­liard d’ha­bi­tants ait be­soin d’in­ves­tis­seurs pour fi­nan­cer son dé­ve­lop­pe­ment dans la dé­fense, l’élec­tro­nique et l’aé­ro­spa­tiale ne fait au­cun doute. Mais pour la presse lo­cale, la vi­site de The­re­sa May ap­porte la preuve que c’est sur­tout le Royaume-uni qui a « plus que ja­mais be­soin de l’inde ». Et celle qui a suc­cé­dé en juillet à Da­vid Ca­me­ron est en train de dé­cou­vrir les com­plexi­tés lo­cales. Elle qui es­pé­rait ren­con­trer les pa­trons de Ta­ta pour ob­te­nir des pré­ci­sions sur l’ave­nir des 4 000 sa­la­riés d’une acié­rie du groupe au Pays de Galles en est pour ses frais. En pleine crise de gou­ver­nance après l’évic­tion de son PDG fin oc­tobre, Ta­ta n’a pas été en me­sure d’ho­no­rer le ren­dez-vous. « Un pro­blème d’agen­da », a as­su­ré The­re­sa May.

The­re­sa May

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.