Une ini­tia­tive ci­toyenne au ser­vice des étu­diants brillants

Le Temps (Tunisia) - - Economie & Finances -

l’éga­li­té des chances

Créée en 2015 et is­sue d’un en­ga­ge­ment so­cial d’une équipe d’ac­teurs de la so­cié­té ci­vile (uni­ver­si­taires, ex­perts, pro­mo­teurs…), La Fon­da­tion Es­prit conso­lide son en­ga­ge­ment pour la trans­mis­sion des sa­voirs, de l’éga­li­té des chances et de la mo­bi­li­té so­ciale.

La Fon­da­tion veille à ce que les étu­diants mé­ri­tant l’ac­cès aux études su­pé­rieures pri­vées et de qua­li­té is­sus de mi­lieux mo­destes puissent pour­suivre leurs études au­près de l’ecole Su­pé­rieure Pri­vée d’in­gé­nie­rie et de tech­no­lo­gies «ES­PRIT». La Fon­da­tion : Un ef­fort so­li­daire dans un es­prit de fa­mille La Fon­da­tion a dé­ci­dé de mettre en oeuvre un en­semble de so­lu­tions de fi­nan­ce­ment pour as­su­rer la conti­nui­té et l’ef­fi­ca­ci­té de ses in­ter­ven­tions.

En plus de la contri­bu­tion de l’uni­ver­si­té Es­prit au bud­get de la Fon­da­tion à hau­teur de 40%, un en­semble de mé­ca­nismes a été mis en place pour réus­sir un pro­jet d’ave­nir pour la Tu­ni­sie. La Fon­da­tion est fi­nan­cée par des contri­bu­tions des par­ti­cu­liers, sec­teur pri­vé et autres bailleurs de fond. La Fon­da­tion a an­non­cé le mois der­nier la mise en place d’une so­lu­tion de fi­nan­ce­ment, en par­te­na­riat avec l’amen Bank, et ce par l’oc­troi d’un prêt se­lon des condi­tions avan­ta­geuses. A tra­vers une cau­tion so­li­daire four­nie par la Fon­da­tion, cette as­so­cia­tion se­ra la pierre an­gu­laire du re­grou­pe­ment des di­plô­més Es­prit puisque le fu­tur in­gé­nieur se­ra re­de­vable à la Fon­da­tion dès son in­té­gra­tion au mar­ché de tra­vail d’une conti­nui­té de ses in­ter­ven­tions ce qui ren­for­ce­ra la so­li­da­ri­té au sein de la grande fa­mille de la Fon­da­tion toutes gé­né­ra­tions confon­dues. Un ob­jec­tif pro­met­teur sur les 5 ans à ve­nir La Fon­da­tion ef­fec­tue une sé­lec­tion des bé­né­fi­ciaires de ses in­ter­ven­tions se­lon deux cri­tères ma­jeurs : le pre­mier est aca­dé­mique, un score mi­ni­mal après l’ad­mis­sion à ES­PRIT est exi­gé pour bé­né­fi­cier de l’aide fi­nan­cière. Plus le score est éle­vé, plus l’aide se­ra im­por­tante. Le deuxième est so­cial : plus les re­ve­nus des pa­rents sont li­mi­tés, plus la contri­bu­tion de la Fon­da­tion se­ra consé­quente.

Il y a lieu d’in­di­quer qu’une bo­ni­fi­ca­tion est ac­cor­dée aux étu­diants is­sus de ré­gions dé­fa­vo­ri­sées. La Fon­da­tion vise l’ac­com­pa­gne­ment de 2400 étu­diants les plus mé­ri­tants qui pour­ront bé­né­fi­cier d’une aide fi­nan­cière bo­ni­fiée au cours des 5 ans à ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.