L'art in­dien s'in­vite à Na­beul

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture -

Concert de Bol­ly­wood – Klez­mer

Bol­ly­wood, c’est le nom que l’oc­ci­dent a don­né à la dy­na­mique in­dus­trie ci­né­ma­to­gra­phique in­dienne ins­tal­lée à Bom­bay (dé­sor­mais ap­pe­lée Mum­bai, la plus grande ville de l’inde), et dont les films sont prin­ci­pa­le­ment réa­li­sés dans les langues hin­dî et ur­du L’inde s’est spé­cia­li­sée dans Ra­jas­than » Il était 20h00 lorsque les co­mé­dies mu­si­cales es­tam­pillées l’en­semble mu­si­cal com­po­sé de mu­si­ciens Bol­ly­wood. C’est le genre qui s’est im­po­sé is­sus de la scène Klez­mer pa­ri­sienne : pour ex­ploi­ter au maxi­mum les An­war Hus­sain(chant) Ni­co­las Port­noi ré­fé­rences à la culture in­dienne au tra­vers ( Saxo­phone So­pra­no) Jo­sé Na­vas des danses, des cos­tumes et des mu­siques. (Ban­jo) Louise Le­gaye (vio­lon) Mi­kael Sa­me­di der­nier, le centre cultu­rel Néa­po­lis La­croix ( Bat­trie) Yvon­nic Cha­lot a abri­té un grand spec­tacle de Bol­ly­wood (Saxo­phone) an­noncent la cou­leur dès les – Klez­mer , un ma­riage ex­cep­tion­nel des pre­mières notes. Ils swin­guaient ce soir cou­leurs ar­tis­tiques eu­ro­péennes, arabes une mu­sique à la fois re­cueillie et exal­tante et in­diennes. Or­ga­ni­sé par le centre d’art en nous of­frant un grand show en et de culture, ce spec­tacle a of­fert aux cou­leurs pui­sé du pa­tri­moine d’eu­rope spec­ta­teurs un voyage féé­rique au coeur cen­trale. Ils ont réus­si à re­vi­si­ter de de l’inde à tra­vers une his­toire de quête ma­nière ori­gi­nale des tubes les plus cé­lèbres ra­con­tée en chants et danse. « Ce spec­tacle au cours d’un show co­lo­ré. Le saxo­phone Jazz’n’klez­mer est un ma­riage entre Ni­co­las Port­noi a em­bra­sé la la mu­sique Klez­mer et le Jazz, avoue scène. Dif­fi­cile de res­ter in­sen­sible face à Alain Krief, le se­cré­taire gé­né­ral de ce jeune créa­teur. Sa pré­sence conqué­rante, l’es­pace Ra­chi à Pa­ris . son éner­gie dé­bor­dante ajoutent un Bol­ly­wood. Klez­mer est un spec­tacle brin de fo­lie à cette soi­rée qui a été en­ta­mée mu­si­cal in­ter­cul­tu­rel pro­po­sant une sé­lec­tion dans la joie. Louise a te­nu ce soir à de chan­sons du ci­né­ma de Bol­ly­wood im­pro­vi­ser une mu­sique po­pu­laire. Avec ré­or­ches­trée dans l’es­prit de la mu­sique son vio­lon, elle a en­traî­né le pu­blic dans Klez­mer d’eu­rope cen­trale, ain­si que la une ryth­mique ef­fré­née, ac­cen­tuée par des mu­sique jouée dans les cours royales du so­los très tou­chants et des chants. Du­rant (langue ap­pa­ren­tée). Il s’agit de la com­po­sante la plus po­pu­laire du ci­né­ma in­dien. Le terme « Bol­ly­wood », as­sez mal conno­té en Inde, est une contrac­tion des noms Bom­bay et Hol­ly­wood.

une heure, les mu­si­ciens ont mis le pu­blic en transe avec leurs dif­fé­rents tubes qu’ils ont in­ter­pré­tés. La deuxième par­tie a été riche en so­no­ri­tés in­diennes au­then­tiques et en cho­ré­gra­phie mo­derne et tra­di­tion­nelle. An­war Hus­sain a ra­vi le pu­blic, avec des gha­zals d’une grande beau­té. Le chan­teur et com­po­si­teur, in­ter­prète des titres très connus et a sé­duit l’as­sis­tance par sa voix somp­tueuse, sa sim­pli­ci­té et son hu­mour. Les ins­tru­ments, le ci­thare, Les ta­blas, le mri­dan­gam et la sa­ras­va­ti au rythme sac­ca­dé, le vio­lon, la bat­te­rie, le saxo­phone …tout en har­mo­nie pour ex­pri­mer cette mu­sique bol­ly­wood . Un spec­tacle haut en cou­leur et en mou­ve­ment. Le pu­blic ta­pait des mains, criait. Un spec­tacle beau et dé­chaî­né à l’image des mu­si­ciens qui ont te­nu en ha­leine leur pu­blic. La danse Bol­ly­wood était au ren­dez-vous avec la danse Soup­ki. Cette danse est la fu­sion de plu­sieurs danses in­diennes: des danses clas­siques in­diennes, des danses folk­lo­riques et des danses Oc­ci­den­tales. Dans les vieux films

in­diens les cho­ré­gra­phies étaient ins­pi­rées sur­tout par les danses clas­siques telles que le Bha­ra­ta Na­tyam, le Ka­thak et l'odis­si et les danses In­diennes folk­lo­riques telles que la danse bhan­gra du Pen­jab. Cos­tumes gla­mour et bi­joux étaient au ren­dez-vous. Le Bol­ly­wood est une danse qui s'ap­puie prin­ci­pa­le­ment sur les cos­tumes, coif­fures et ma­quillages pour ren­for­cer l'at­trait. La dan­seuse ta­len­tueuse a fait preuve d'une maî­trise to­tale de cette danse sa­crée ba­sée sur des poé­sies sou­fies. La troupe, com­po­sée de quatre mu­si­ciens, a réus­si, une heure du­rant à faire voya­ger les spec­ta­teurs dans un monde mys­tique par le biais d'une mu­sique en­voû­tante et des mou­ve­ments ryth­miques et me­su­rés. Le pu­blic est sé­duit par cette mer­veilleuse ren­contre avec l’inde et le spec­tacle se ré­vèle im­mé­dia­te­ment amu­sant car il ini­tie le pu­blic à la danse et aux tra­di­tions in­diennes. Un vrai ré­gal.

Ka­mel BOUAOUINA

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.