Les an­ti-trump veulent se mo­bi­li­ser sur la du­rée

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Etats-unis

Les ma­ni­fes­tants an­ti-trump, qui sont en­trés ven­dre­di dans leur troi­sième jour­née de mo­bi­li­sa­tion dans plu­sieurs villes des Etats-unis, as­surent pré­pa­rer un mou­ve­ment de longue ha­leine pour s'op­po­ser à Do­nald Trump et au Con­grès à ma­jo­ri­té ré­pu­bli­caine dans les quatre pro­chaines an­nées.

Ven­dre­di soir, les rues de Mia­mi et d'at­lan­ta ont vu des ma­ni­fes­tants dé­fi­ler tan­dis qu'à New York, des ras­sem­ble­ments ont à nou­veau eu lieu à Wa­shing­ton Square et de­vant la Trump To­wer, sur la cin­quième ave­nue, où ha­bite le fu­tur pré­sident amé­ri­cain, vain­queur sur­prise de l'élec­tion de mar­di.

D'autres ma­ni­fes­ta­tions ont été si­gna­lées à Phi­la­del­phie, à San Fran­cis­co, à Los An­geles ou en­core à Port­land dans l'ore­gon.

A Port­land, des pro­tes­ta­taires ont lan­cé des ob­jets en di­rec­tion des po­li­ciers an­ti-émeutes. Dans les rues de Los An­geles, ils étaient des cen­taines à pa­ra­ly­ser la cir­cu­la­tion sur cer­tains axes en scan­dant : "Nous re­je­tons le pré­sident élu!" Un homme a été bles­sé par balles pen­dant la ma­ni­fes­ta­tion de Port­land, alors que, en com­pa­gnie de plu­sieurs di­zaines d'autres pro­tes­ta­taires, il fran­chis­sait le pont Mor­ri­son. Se­lon la po­lice, un homme est sor­ti d'un vé­hi­cule sur le pont et a ou­vert le feu. La vic­time a été hos­pi­ta­li­sée mais ses jours ne sont pas en dan­ger. Le sus­pect, quant à lui, est tou­jours en fuite, a ajou­té la po­lice. Jeu­di, les ras­sem­ble­ments, es­sen­tiel­le­ment com­po­sés d'ado­les­cents et de jeunes adultes, sem­blaient fai­blir par rap­port à mer­cre­di soir, mal­gré des in­ci­dents consta­tés à Port­land et à Oak­land. Hier, de nou­veaux ras­sem­ble­ments étaient pré­vus à New York et à Los An­geles, tan­dis qu'à Wa­shing­ton, une ma­ni­fes­ta­tion est dé­jà or­ga­ni­sée pour le jour de l'in­ves­ti­ture de Do­nald Trump, le 20 jan­vier. Mais ce n'est que le dé­but, pré­viennent plu­sieurs or­ga­ni­sa­teurs dans une sé­rie d'in­ter­views. Al Sharp­ton, cé­lèbre fi­gure new-yor­kaise de la cause des Noirs aux Etats-unis, es­time que les ma­ni­fes­tants de­vront em­prun­ter aux ré­pu­bli­cains les tech­niques d'obs­truc­tion uti­li­sées contre le gou­ver­ne­ment Ba­rack Oba­ma.

Per­sé­vé­rance

Ci­tant en exemple le mou­ve­ment du Tea Par­ty comme ce­lui qui au­ra ame­né l'homme d'af­faires ré­pu­bli­cain à la Mai­son blanche, Al Sharp­ton pré­voit de lan­cer dès hier une nou­velle ini­tia­tive dans le cadre du Na­tio­nal Ac­tion Net­work, le mou­ve­ment des droits ci­viques qu'il a fon­dé.

"Nous n'al­lons pas être aus­si af­freux qu'eux, mais nous al­lons être tout aus­si per­sé­vé­rants", a-t-il dé­cla­ré.

T.J. Wells, an­cien vo­lon­taire de la cam­pagne Clinton et or­ga­ni­sa­teur d'une ma­ni­fes­ta­tion jeu­di soir de­vant le Trump In­ter­na­tio­nal Ho­tel à Wa­shing­ton, près de la Mai­son blanche, es­père que le suc­cès de ses pre­mières ma­ni­fes­ta­tions spon­ta­nées s'ins­cri­ra dans la du­rée. "Du jour de son in­ves­ti­ture à ce­lui où il se­ra dé­mis de ses fonc­tions, nous de­vons nous as­su­rer que, s'il y a quelque chose qu'il veut faire pas­ser, avec la­quelle la ma­jo­ri­té des Amé­ri­cains qui ont vo­té pour Hillary Clinton ne sont pas d'ac­cord, nous soyons fermes là des­sus". Des mil­liers de femmes, in­quiètes des consé­quences sur leurs droits de l'élec­tion de Trump, pré­voient une grande marche à Wa­shing­ton au len­de­main de son en­trée en fonc­tion, le 21 jan­vier, ont an­non­cé ven­dre­di les or­ga­ni­sa­teurs. Sur Fa­ce­book, la "Mil­lion Wo­men March" a réuni 35.000 per­sonnes dans les 24 heures sui­vant sa créa­tion, se­lon un des ses or­ga­ni­sa­teurs à New York, Bob Bland.

Sur le front en­vi­ron­ne­men­tal, les as­so­cia­tions pro­jettent éga­le­ment d'être ac­tives contre Trump pen­dant les quatre pro­chaines an­nées, dans une pos­ture dé­fen­sive pour pré­ser­ver a mi­ni­ma les ac­quis du gou­ver­ne­ment de Ba­rack Oba­ma. "Nous se­rons au Con­grès, dans les tri­bu­naux, dans les salles de conférences et dans les rues", as­sure Gene Kar­pins­ki, pré­sident de la League of Conser­va­tion Vo­ters, un lob­by de dé­fense de l'en­vi­ron­ne­ment ba­sé à Wa­shing­ton, sou­tien et mé­cène des dé­mo­crates en 2016. Do­nald Trump s'est pro­po­sé pen­dant sa cam­pagne de re­ve­nir sur l'ac­cord de Pa­ris, re­lan­cer les éner­gies fos­siles aux Etats-unis et a dé­si­gné un cli­ma­tos­cep­tique no­toire, My­ron Ebell, en vue de ré­for­mer l'en­vi­ron­men­tal Protection Agen­cy (EPA), agence gou­ver­ne­men­tale char­gée de la sau­ve­garde de l'en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.