Les jeunes aux com­mandes

Le Temps (Tunisia) - - Business Finance - Ka­mel BOUAOUINA

AG des Fé­dé­ra­tions ré­gio­nales d’hô­tel­le­rie

Les élec­tions des nou­veaux bu­reaux des Fé­dé­ra­tions Ré­gio­nales Hô­te­lières ont ré­vé­lé l’en­trée en masse de jeunes membres qui suc­cèdent aux pion­niers tels que Meh­di Al­la­ni, Mou­na Ben Ha­li­ma,amine Mi­led ,Has­sen Ke­na­ni et So­phia Fou­ra­ti à Na­beul Ham­ma­met, Rym Be­la­jou­za , Ah­med Ka­moun, Mos­saab Bat­tikh, Ma­lek Bou­j­bel et Is­sam Mes­saa­bi à Djer­ba, Slim Di­mas­si , Dor­ra Mi­led et Hou­da Mi­led à Mo­nas­tir et Ha­ma­di Abid à Sfax. Les pro­fes­sion­nels at­tendent beau­coup de cette nou­velle jeu­nesse aux com­mandes de l’hô­tel­le­rie du pays.

« Cette deuxième gé­né­ra­tion, en­fants d’hô­te­liers, ont fait une raz­zia sur les postes et ont pris les rênes de la Fé­dé­ra­tion. Nous ne pou­vons que nous en fé­li­ci­ter et leur pré­sen­ter tous nos en­cou­ra­ge­ments et nos voeux de bonne réus­site », sou­ligne Ha­kim, PDG d’au­then­tique In­ter­na­tio­nal qui es­time que « ce ra­jeu­nis­se­ment ne doit ce­pen­dant pas nous conduire à bais­ser notre ni­veau de vi­gi­lance sous le seul ef­fet de l’en­thou­siasme car pri­mo la no­tion de jeu­nesse est un état d’es­prit avant d’être liée au nombre d’an­nées au comp­teur et se­cun­do parce que la tâche qui at­tend les nou­veaux et jeunes res­pon­sables ne se­ra pas de tout re­pos. La Tu­ni­sie et les Tu­ni­siens at­tendent beau­coup de ces jeunes hô­te­liers. A mon sens, la tâche que s’at­tri­buent les Fé­dé­ra­tions Hô­te­lières de dé­fendre avant tout leur mé­tier et leurs éta­blis­se­ments ne pour­ra pas se faire sans la réa­li­sa­tion des ré­ajus­te­ments et des re­struc­tu­ra­tions ma­cro-éco­no­miques né­ces­saires.

Re­fonte de la gou­ver­nance : sé­pa­rer les struc­tures pro­prié­taires de la ges­tion Les hô­te­liers tu­ni­siens pour dé­fendre leur sur­vie doivent af­fron­ter beau­coup de chan­tiers :Faire évo­luer leurs struc­tures ju­ri­diques et fi­nan­cières pour les faire pas­ser d’af­faires sou­vent fa­mi­liales à une nou­velle forme de gou­ver­nance et de ges­tion avec la sé­pa­ra­tion des struc­tures pro­prié­taires des hô­tels de celles qui les gèrent.

Des hol­ding et des so­cié­tés co­tées La né­ces­si­té de gé­né­ra­li­ser les SCI (So­cié­tés Ci­viles et Im­mo­bi­lières) avec ou­ver­ture de leurs tours de tables aux ins­ti­tu­tions fi­nan­cières telles que les com­pa­gnies d’as­su­rances et autres fonds d’in­ves­tis­se­ments qui ont vo­ca­tion à in­ves­tir dans les im­mo­bi­li­sa­tions et les ac­tifs lourds avec leurs fonds stables. Ce­ci per­met­tra aux hô­te­liers de dé­ga­ger du cash-flow pour se ren­for­cer en in­ves­tis­sant eux-mêmes dans d’autres sec­teurs pour se di­ver­si­fier et en in­ves­tis­sant dans le front of­fice pour mieux maî­tri­ser la ges­tion, la qua­li­té du pro­duit et sur­tout le mar­ke­ting et la com­mer­cia­li­sa­tion afin d’être maîtres de leurs des­ti­nées.

Il faut que cette jeu­nesse aille pro­gres­si­ve­ment dans leurs mon­tages fi­nan­ciers de l’en­tre­prise fa­mi­liale vers les hol­dings fi­nan­ciers et les so­cié­tés co­tées en bourse.

Les hô­te­liers de­vraient s’ou­vrir mieux et plus vers la po­pu­la­tion et vers l’en­vi­ron­ne­ment, les villes. Le tou­risme est une af­faire d’en­vi­ron­ne­ment au­tant si­non plus qu’une af­faire d’hô­tels. Il n’y au­ra pas d’hô­tels épa­nouis et ren­tables sans un en­vi­ron­ne­ment saint et at­trayant. Les nou­veaux res­pon­sables des Fé­dé­ra­tions Ré­gio­nales que nous fé­li­ci­tons sont pré­ve­nus. Nous at­ten­dons beau­coup d’eux et qu’ils nous par­donnent si nous se­rons re­gar­dants et exi­geants. Le pro­verbe dit : Qui aime bien châ­tie bien. On n’ai­me­rait pas que le feu laisse des cendres ! La barre est pla­cée bien haut et il fau­drait que les des­cen­dants sur­passent les per­for­mances de leurs as­cen­dants. « Per­son­nel­le­ment j’at­ten­dais ce mo­ment de­puis des an­nées. La FTAV (Fé­dé­ra­tion Tu­ni­siennes des Agents de Voyage) a en­ta­mé son re­nou­veau de­puis quelques an­nées dé­jà. Mieux vaut tard que ja­mais. Main­te­nant ce sont les struc­tures re­pré­sen­ta­tives de l’hô­tel­le­rie tu­ni­siennes qui dé­cident de faire bou­ger les choses et on ne peut que nous en fé­li­ci­ter » conclut Ha­kim Toun­si.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.