30.000 eu­ros d’amende pour avoir por­té un ni­qab

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

30.000 eu­ros. Tel est le mon­tant de l’amende dont va de­voir s’ac­quit­ter une femme d’ori­gine al­ba­naise, vi­vant en Ita­lie, pour avoir re­fu­sé d’en­le­ver son ni­qab. Se­lon le jour­nal lo­cal Mes­sag­ge­ro Ven­net­to, cette mère de fa­mille as­sis­tait le 17 oc­tobre der­nier au con­seil com­mu­nal de la jeu­nesse de San Vi­to al Ta­glia­men­to (nord-est), quand le maire An­to­nio Di Bis­ce­glie a dé­ci­dé de sus­pendre la ses­sion lui de­man­dant de re­ti­rer son voile in­té­gral. La jeune femme, qui a re­fu­sé, a, dans un pre­mier temps, été condam­née à 600 eu­ros d’amende et à quatre mois de pri­son avec sur­sis. En ap­pel, son amende a fi­na­le­ment été fixée à 30.000 eu­ros. « Sans au­cune in­ten­tion pro­vo­ca­trice, ni vo­lon­té de vio­ler une règle de droit » Une dé­ci­sion à la­quelle la pré­ve­nue s’op­pose une fois en­core par l’in­ter­mé­diaire de son avo­cat. Se­lon ce der­nier, sa cliente était pré­sente lors de cette réu­nion mu­ni­ci­pale « sans au­cune in­ten­tion pro­vo­ca­trice, ni vo­lon­té de vio­ler une règle de droit ». Au­jourd’hui, seules la France et la Bel­gique dis­posent d’une loi in­ter­di­sant le port du voile in­té­gral is­la­mique dans l’es­pace pu­blic. En Ita­lie, la lé­gis­la­tion exige en re­vanche qu’une per­sonne puisse être iden­ti­fiable en per­ma­nence et in­ter­dit for­mel­le­ment de se cou­vrir en­tiè­re­ment le vi­sage sans rai­son va­lable. Et de­puis le dé­but des an­nées 2000, plu­sieurs élus mu­ni­ci­paux ont adop­té des ar­rê­tés d’in­ter­dic­tion en se ba­sant sur deux lois sur la sé­cu­ri­té pu­blique, re­la­tives à l’in­ter­dic­tion du port des masques et des casques… da­tant de 1931 et 1975.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.