Les ter­ro­ristes d'alep-est ac­ceptent un plan d'aide de l'onu

Le Temps (Tunisia) - - MONDE -

Des groupes ter­ro­ristes sy­riens d'alep-est ont ac­cep­té un plan des Na­tions unies pour la li­vrai­son d'une aide hu­ma­ni­taire et des éva­cua­tions mé­di­cales, mais l'onu at­tend un feu vert de Mos­cou et Da­mas, a dé­cla­ré hier Jan Ege­land, conseiller pour les af­faires hu­ma­ni­taires de l'émis­saire de l'onu pour la Sy­rie. En­vi­ron 275.000 per­sonnes sont prises au piège dans la par­tie orien­tale de la grande ville du nord de la Sy­rie, contrô­lée par la ré­bel­lion, où les der­nières ra­tions hu­ma­ni­taires de l'onu ont été dis­tri­buées le 13 no­vembre. Des ca­mions sont prêts à par­tir de Tur­quie et de l'ouest d'alep mais l'onu a be­soin de 72 heures pour mettre au point cette "opé­ra­tion im­por­tante, com­plexe et dan­ge­reuse", a ex­pli­qué Jan Ege­land. "Nous es­pé­rons ob­te­nir un feu vert de la par­tie russe et de la par­tie sy­rienne. Le si­gnal en­voyé au­jourd'hui par la par­tie russe était po­si­tif", a-t-il dit à la presse. "L'al­ter­na­tive, c'est de voir des gens mou­rir de faim. On ne peut pas per­mettre ça."

Trois sol­dats turcs tués lors d'un raid aé­rien

Trois sol­dats turcs ont été tués dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di dans le nord de la Sy­rie dans un raid aé­rien que l'ar­mée turque at­tri­bue en l'état de ses in­for­ma­tions à l'avia­tion gou­ver­ne­men­tale sy­rienne.

Dix autres sol­dats turcs ont été bles­sés dans cette frappe aé­rienne dont l'ar­mée turque "es­time qu'elle a été me­née par les forces du ré­gime sy­rien", peut-on lire dans un com­mu­ni­qué de l'état-ma­jor.

Si cette ver­sion se confirme, il s'agi­ra des pre­mières vic­times turques tuées par les forces de Da­mas de­puis qu'an­ka­ra a dé­clen­ché, le 24 août, l'opé­ra­tion "Bou­clier de l'eu­phrate" dans la bande fron­ta­lière du nord-ouest de la Sy­rie. Se­lon le com­mu­ni­qué pu­blié par l'ar­mée turque, le bom­bar­de­ment s'est pro­duit vers 03h30 du ma­tin (00h30 GMT) lors d'une opé­ra­tion de re­belles ap­puyée par des mi­li­taires turcs. L'ar­mée ne pré­cise pas où cette frappe a eu lieu. De sources proches des forces de sé­cu­ri­té, qui avaient au­pa­ra­vant im­pu­té l'at­taque aux ter­ro­ristes de l'etat is­la­mique, on in­dique que les sol­dats turcs ont été tou­chés dans le sec­teur d'al Bab.

Si­tué entre les villes d'alep et de Man­bij, Al Bab est le der­nier bas­tion ur­bain de L'EI entre Alep et la fron­tière turque. Au­cune ré­ac­tion n'a pu être ob­te­nue au­près de l'ar­mée sy­rienne, qui avait ce­pen­dant dé­cla­ré le mois der­nier que la pré­sence mi­li­taire turque sur le sol sy­rien consti­tuait "une vio­la­tion fla­grante de la sou­ve­rai­ne­té de la Sy­rie" et pré­ve­nu qu'elle abat­trait tout avion de guerre turc pé­né­trant son es­pace aé­rien.

"Bou­clier de l'eu­phrate" vise à créer une zone vide de toute pré­sence ter­ro­riste ou kurde le long de la fron­tière sy­ro-turque.

Les ba­ti­ments en ruines à Alep

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.