Tirs meur­triers sur Alep

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Les ter­ro­ristes sy­riens ne se re­ti­re­ront pas des quar­tiers encore sous leur contrôle dans la par­tie orien­tale d'alep, a an­non­cé hier un haut res­pon­sable des ter­ro­ristes tan­dis que de nou­veaux bom­bar­de­ments meur­triers étaient si­gna­lés sur la ville du nord de la Syrie.

"Un re­trait des fac­tions a été re­je­té", a an­non­cé à Reu­ters Za­ka­ria Ma­la­hif­ji, chef du bu­reau po­li­tique du groupe ter­ro­riste Fas­ta­kim, joint en Tur­quie.

"C'est la dé­ci­sion des fac­tions", a-t-il pour­sui­vi. De­puis ce week-end, les forces pro-gou­ver­ne­men­tales sy­riennes qui pro­gressent ra­pi­de­ment dans Alep-est ont re­pris plu­sieurs quar­tiers que te­nait la ré­bel­lion. Plus de 50.000 per­sonnes ont été dé­pla­cées ces quatre der­niers jours dans Alep-est par l'in­ten­si­fi­ca­tion de l'of­fen­sive des forces pro-gou­ver­ne­men­tales, a rap­por­té hier l'ob­ser­va­toire sy­rien des droits de l'homme (OSDH). Le CICR évo­quait la veille 20.000 dé­pla­cées. L'OSDH, qui do­cu­mente le conflit grâce à des sources sur place, a in­di­qué que le gou­ver­ne­ment sy­rien avait ar­rê­té plu­sieurs cen­taines de per­sonnes qui ont fui les com­bats au cours des der­niers jours. L'OSDH a pré­ci­sé que les forces gou­ver­ne­men­tales pro­cé­daient aux in­ter­ro­ga­toires de cen­taines de per­sonnes qui ont fui vers les quar­tiers nord-est de la ville ré­cem­ment re­pris aux ter­ro­ristes. Plus de 300 per­sonnes se­raient por­tées dis­pa­rues, ajoute l'or­ga­ni­sa­tion ba­sée à Londres. De­mande de cor­ri­dors sé­cu­ri­sés

Une source mi­li­taire sy­rienne a dé­men­ti que des ar­res­ta­tions aient eu lieu mais a re­con­nu que les per­sonnes quit­tant les zones de com­bat fai­saient l'objet de vé­ri­fi­ca­tion d'iden­ti­té. Toutes les per­sonnes qui ne peuvent être cor­rec­te­ment iden­ti­fiées sont pla­cées dans des "en­droits spé­ci­fiques" dans les zones où les ci­vils sont ras­sem­blés, a ex­pli­qué cette source ajou­tant que ce­la vi­sait à em­pê­cher les ac­ti­vistes de se dis­si­mu­ler par­mi les per­sonnes dé­pla­cées. "Un grand nombre de gens sont sor­tis. Un très grand nombre d'entre eux exige une vé­ri­fi­ca­tion et un sui­vi", a-t-elle ajou­té. Le pré­sident du conseil mu­ni­ci­pal de la par­tie d'alep aux mains de l'op­po­si­tion, Bri­ta Ha­gi Has­san, a de­man­dé l'éta­blis­se­ment de "cor­ri­dors sé­cu­ri­sés" afin que les "ci­vils soient au­to­ri­sés à quit­ter Ale­pest". S'ex­pri­mant de­vant la presse en com­pa­gnie du mi­nistre fran­çais des Af­faires étran­gères Jean-marc Ay­rault à Pa­ris, il a éga­le­ment ac­cu­sé les forces gou­ver­ne­men­tales de bom­bar­der les ci­vils sans dis­tinc­tion et a fait état d'exé­cu­tions de per­sonnes qui ont re­joint les quar­tiers ouest de la ville.

Jean-marc Ay­rault, à l'ori­gine de la réunion d'ur­gence du Conseil de sé­cu­ri­té de l'onu ce mer­cre­di à New York, a sou­hai­té que les membres de l'ins­tance in­ter­na­tio­nale se mettent d'ac­cord sur des me­sures concrètes de sau­ve­tage des ci­vils. La dé­fense ci­vile pré­sente dans les zones sous contrôle ter­ro­ristes de la ville a par ailleurs fait état de la mort de plus de 45 per­sonnes hier dans un tir d'ar­tille­rie. Le tir, pré­cise la dé­fense ci­vile, a fait éga­le­ment des di­zaines de bles­sés par­mi des ci­vils dé­pla­cés. La plu­part des morts sont des femmes et des en­fants. Dans Alep-ouest, sous contrôle gou­ver­ne­men­tal, huit per­sonnes ont été tuées dans des bom­bar­de­ments ter­ro­ristes dans les sec­teurs d'aadha­miyeh, du Nou­vel-alep et de Four­kan, rap­porte l'agence of­fi­cielle de presse sy­rienne Sa­na.

Alep, une ville en ruines

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.