Des chiffres in­quié­tants

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Ter­ro­ristes de re­tour en Europe

"Cer­tains rentrent pour se re­po­ser." Le titre de cet ar­ticle pu­blié par Die Welt est aus­si frap­pant que les chiffres dont il se fait l'écho: lun­di 28 no­vembre, le quo­ti­dien al­le­mand a ré­vé­lé les conclu­sions d'une étude, réa­li­sée par les au­to­ri­tés outre-rhin, sur 784 in­di­vi­dus ayant re­joint des groupes ter­ro­ristes en Syrie ou en Irak. Par­mi ces in­di­vi­dus de na­tio­na­li­té al­le­mande, âgés de 13 à 62 ans, 274 sont ren­trés. Et le pro­fil de ces "re­ve­nants" livre des en­sei­gne­ments in­quié­tants. Pas moins de 48% d'entre eux res­tent fi­dèles à leur "en­vi­ron­ne­ment ex­tré­miste ou sa­la­fiste", ce­lui-là même qui a contri­bué à les ra­di­ca­li­ser, sou­ligne ain­si cette étude.

Seule­ment 10% de "dé­çus" Par ailleurs, 8% se­raient donc sim­ple­ment ren­trés pour "se re­po­ser", c'est à dire fuir le champ de ba­taille avant de ten­ter de re­par­tir pour la Syrie ou l'irak. Et seule­ment 10% se­raient "dé­çus" par l'idéo­lo­gie ul­tra-ra­di­cale qu'ils avaient em­bras­sée, no­tam­ment au­près du groupe ter­ro­riste Etat is­la­mique (EI).

En contre­par­tie, Die Welt note qu'un quart des ter­ro­ristes de re­tour en Al­le­magne col­la­bore avec les au­to­ri­tés. C'est no­tam­ment le cas de Harry Sar­fo, jeune ter­ro­riste re­pen­ti qui s'est abon­dam­ment confié dans les mé­dias, mais dont le Wa­shing­ton Post a ré­vé­lé qu'il a été da­van­tage ac­tif dans des exac­tions que ce qu'il lais­sait en­tendre. Dans un contexte de re­cul des ter­ro­ristes (en­cer­clés à Mos­soul et me­na­cés par une of­fen­sive ara­bo-kurde à Ra­qa), l'en­quête montre en outre que de moins en moins d'al­le­mands tentent de ga­gner la zone ira­ko-sy­rienne, mais que de plus en plus re­viennent. Une pro­blé­ma­tique qui concerne plus lar­ge­ment l'europe et no­tam­ment la France.

"Près de 700" pour­raient re­ve­nir "Deux cents Fran­çais ont dé­jà quit­té" Daech et "près de 700 pour­raient ren­trer", rap­porte Le Monde, qui cite une source du ren­sei­gne­ment: "L'EI est en train de perdre son as­sise ter­ri­to­riale et de son at­trac­ti­vi­té. On voit re­ve­nir en France des ter­ro­ristes qui avaient des res­pon­sa­bi­li­tés au sein de l'or­ga­ni­sa­tion, c'est un phé­no­mène si­gni­fi­ca­tif". "Prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion" pour les "dix pro­chaines an­nées", se­lon le pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls, cette pro­blé­ma­tique a en­traî­né un dur­cis­se­ment de la ré­ponse pé­nale. "Jusque-là consi­dé­ré comme un dé­lit pas­sible de dix ans de pri­son, le fait d'avoir re­joint les rangs de L'EI est dé­sor­mais un crime, pas­sible de vingt à trente ans de ré­clu­sion", rap­pelle Le Monde.

C'est aus­si le su­jet des "Re­ve­nants", le livre du jour­na­liste spé­cia­liste du ter­ro­riste Da­vid Thom­son. A tra­vers les en­tre­tiens qu'il a pu me­ner, et dont Le Monde a pu­blié les bonnes feuilles hier, la veille de sa sor­tie, on re­trouve le même cons­tat qu'en Al­le­magne: nom­breux sont les ex- ter­ro­ristes qui ne re­nient pas leur idéo­lo­gie, voire "rêvent" encore de Daech.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.