Fi­del Cas­tro «ba­shing»

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Chaque jour, ici comme ailleurs, cer­tains po­li­ti­ciens et fai­seurs d’opi­nion ex­ploitent à la carte les faits pour tailler sur me­sure un ar­gu­men­taire populiste, et ce, dans le but de ri­di­cu­li­ser leurs ad­ver­saires aux dé­pens de la vé­ri­té com­plexe. Le dé­cès de Fi­del Cas­tro n’a pas échap­pé à cette règle. De­puis sa mort, des voix s’en sont prises au lea­der cu­bain pour le dé­peindre en un vul­gaire dic­ta­teur, bru­tal et san­gui­naire. Pour ce faire, ces voix ont omis vo­lon­tai­re­ment d’ins­crire la vie de Cas­tro dans son contexte his­to­rique hor­rible et bru­tal. Les dé­trac­teurs de Fi­del Cas­tro ont ain­si omis de rap­pe­ler que, tout au dé­but de sa ré­vo­lu­tion, il a d’abord et avant tout li­bé­ré son peuple as­ser­vi du joug d’une dic­ta­ture à la solde des Amé­ri­cains. Une al­liance sul­fu­reuse qui a ré­duit Cuba à un vaste bor­del à ciel ou­vert gan­gré­né par le crime or­ga­ni­sé amé­ri­cain. Et ce n’est pas tout. même li­bé­ré, le peuple cu­bain a été plon­gé au coeur de cette guerre froide bru­tale qui a op­po­sé les états-unis à l’union so­vié­tique. Cuba a ain­si été mis à ge­noux mé­tho­di­que­ment du­rant plus d’un de­mi-siècle, no­tam­ment à cause d’un em­bar­go amé­ri­cain que cer­tains disent in­juste. Dans cette guerre sans merci, Fi­del Cas­tro le li­bé­ra­teur s’est mû pe­tit à pe­tit en un dic­ta­teur pa­ra­noïaque, à la fois bru­tal contre la li­ber­té d’opi­nion, no­tam­ment celle de la presse, et ma­cho contre la com­mu­nau­té LGTB. Le hic, c’est que les mêmes per­sonnes qui montrent au­jourd’hui du doigt Fi­del Cas­tro et son hé­ri­tage res­tent muettes de­vant cette Amé­rique qui a longtemps sé­vi en Amé­rique la­tine par les opé­ra­tions pa­ra­mi­li­taires clan­des­tines, les as­sas­si­nats po­li­tiques ci­blés et le sou­tien ac­tif de dic­ta­teurs à la solde de tout, sauf leurs propres peuples. Un exemple par­mi tant d’autres, le sort dra­ma­tique qui a été ré­ser­vé à Sal­va­dor Al­lende, le pré­sident du Chi­li élu dé­mo­cra­ti­que­ment, en 1970, mais qui a été ren­ver­sé par un coup d’état mi­li­taire di­ri­gé par un Pi­no­chet à la solde de l’oncle Sam, le 11 sep­tembre 1973. Par ailleurs, en Amé­rique, la li­ber­té de la presse est ga­ran­tie par la Cons­ti­tu­tion, mais les sources des jour­na­listes y sont per­sé­cu­tées quand ils ne font qu’aler­ter leurs conci­toyens et le monde de crimes d’état. Des lan­ceurs d’alertes, comme le sol­dat Brad­ley man­ning qui a per­mis à Wi­ki­leaks de ré­vé­ler l’en­vers bru­tal de la guerre des Amé­ri­cains au moyen-orient, et Ed­ward Snow­den, l’ex-in­for­ma­ti­cien de l’agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té amé­ri­caine (NSA), qui a ré­vé­lé que l’amé­rique sur­veille ses propres ci­toyens ou même des dé­mo­cra­ties. Le pre­mier purge 35 ans de pri­son et le deuxième a choi­si l’exil! mais qui en parle?

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.