Amé­lio­ra­tion de l'ac­cès aux soins de san­té

Mé­de­cins du Monde et po­pu­la­tion mi­grante du Grand Tu­nis

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Rym Be­na­rous

Lors d'une con­fé­rence de presse or­ga­ni­sée hier à Tu­nis, Mé­de­cins du Monde Tu­ni­sie a an­non­cé le dé­mar­rage de la phase 2 de son pro­jet in­ti­tu­lé « Amé­lio­ra­tion de l'ac­cès aux soins de san­té pour la po­pu­la­tion mi­grante du Grand-tu­nis », ini­tié en 2015. Dans son en­semble, ce pro­jet vise à pro­mou­voir l'ac­cès aux soins pour les mi­grants à tra­vers une prise en charge mé­di­co-psy­cho-so­ciale pour les mi­grants vul­né­rables, no­tam­ment via leur orien­ta­tion et leur ac­com­pa­gne­ment dans les struc­tures de soins et la sen­si­bi­li­sa­tion du grand-pu­blic.

Lors d’une con­fé­rence de presse or­ga­ni­sée hier à Tu­nis, Mé­de­cins du Monde Tu­ni­sie a an­non­cé le dé­mar­rage de la phase 2 de son pro­jet in­ti­tu­lé « Amé­lio­ra­tion de l’ac­cès aux soins de san­té pour la po­pu­la­tion mi­grante du Grand-tu­nis », ini­tié en 2015.Dans son en­semble, ce pro­jet vise à pro­mou­voir l’ac­cès aux soins pour les mi­grants à tra­vers une prise en charge mé­di­co-psy­cho-so­ciale pour les mi­grants vul­né­rables, no­tam­ment via leur orien­ta­tion et leur ac­com­pa­gne­ment dans les struc­tures de soins et la sen­si­bi­li­sa­tion du grand-pu­blic.

La pre­mière phase du pro­jet s’est sur­tout fo­ca­li­sée sur l’éla­bo­ra­tion d’un mi­nu­tieux diag­nos­tic por­tant sur l’ac­cès des mi­grants à la san­té en Tu­ni­sie. En ef­fet, Mé­de­cins du Monde a me­né une étude so­cio-ju­ri­dique afin d’étayer les constats et ob­ser­va­tions re­cueillis au ni­veau de sa per­ma­nence mé­di­co-psy­cho-so­ciale ayant ac­cueilli jusque là près de 750 mi­grants. La pre­mière phase a éga­le­ment in­clus un tra­vail de syn­thèse fai­sant suite à l’or­ga­ni­sa­tion d’une sé­rie d’ate­liers in­ti­tu­lés «Jeu­dis de plai­doyer», por­tant sur dif­fé­rentes thé­ma­tiques no­tam­ment l’ac­cès aux soins pour les élèves et les étu­diants, la san­té sexuelle et re­pro­duc­tive des femmes, la prise en charge des pa­tients VIH mais aus­si la san­té men­tale des mi­grants ou en­core les obs­tacles fi­nan­ciers et ad­mi­nis­tra­tifs à l’ac­cès aux soins et à la cou­ver­ture so­ciale. De ces ren­dez-vous avec des ex­perts de tous bords, ont ré­sul­té des re­com­man­da­tions et des pro­po­si­tions re­grou­pées dans un rap­port de plai­doyer qui a ré­cem­ment été pu­blié. Dans la pers­pec­tive d’une meilleure implication des dif­fé­rents ac­teurs dans la quête de la réa­li­sa­tion du droit des mi­grants à la san­té, cinq axes ont été iden­ti­fiés, à sa­voir la sen­si­bi­li­sa­tion du grand pu­blic, la for­ma­tion du per­son­nel de san­té, la com­mu­ni­ca­tion avec les mi­grants, l’or­ga­ni­sa­tion ins­ti­tu­tion­nelle et la ré­forme po­li­ti­co-législative.

Mo­bi­li­sa­tion, au­to­no­mi­sa­tion et par­tage De­vant du­rer deux ans, la deuxième phase du pro­jet « Amé­lio­ra­tion de l’ac­cès aux soins de san­té pour la po­pu­la­tion mi­grante du Grand-tu­nis »vient à peine de dé­mar­rer. Elle s’ar­ti­cule au­tour de trois axes : Mo­bi­li­sa­tion, au­to­no­mi­sa­tion et par­tage. Ces trois thé­ma­tiques s’ins­crivent dans le cadre d’une ap­proche par­ti­ci­pa­tive ini­tiée par Mé­de­cins du Monde vi­sant à mo­bi­li­ser à grande échelle de nou­veaux ac­teurs de tous ho­ri­zons afin de par­ta­ger et d’im­pac­ter sur le re­gard ac­cor­dé à la ques­tion de la mi­gra­tion en l’abor­dant comme une ri­chesse. So­nia Khe­lif, chef du pro­jet à Tu­nis, dé­clare à ce pro­pos : « Cette 2ème phase de notre pro­jet donne de l’am­pleur à une nou­velle ap­proche, plus fé­dé­ra­trice, qui mo­bi­li­se­ra l’en­semble des com­po­santes de la so­cié­té tu­ni­sienne, afin d’im­pac­ter sur le re­gard ac­cor­dé à la ques­tion de la mi­gra­tion en l’abor­dant comme une ri­chesse, pour que notre plai­doyer soit ren­for­cé par l’implication d’ac­teurs de tous ho­ri­zons. Nous en­cou­ra­ge­rons éga­le­ment l’au­to­no­mie des mi­grants en les in­té­grant plei­ne­ment en tant qu’ac­teurs dans toute ini­tia­tive me­née afin de faire écho à leurs as­pi­ra­tions. Et puis, le par­tage, à chaque étape du pro­jet, de l’ani­ma­tion et de la réa­li­sa­tion des ac­ti­vi­tés au sein des ac­cueillants et des mi­grants per­met­tra d’es­sai­mer en pro­fon­deur les pro­ces­sus de chan­ge­ment so­cial et d’in­té­gra­tion au sein de la com­mu­nau­té mi­grante mais sur­tout, ici, en Tu­ni­sie, au­tour d’une meilleure connaissance de l’autre. »

Mo­saïque hu­maine Mé­de­cins du Monde est pré­sente en Tu­ni­sie depuis quelques an­nées. Ses ef­forts sont concen­trés sur le Grand Tu­nis, Gaf­sa et Si­di Bou­zid. A tra­vers sa per­ma­nence mé­di­co-psy­cho-so­ciale ba­sée à Tu­nis, L’ONG as­sure l’ac­cueil, l’ac­com­pa­gne­ment et la prise en charge des mi­grants en be­soin d’assistance sa­ni­taire. La per­ma­nence mé­di­cale offre des consul­ta­tions de mé­de­cine gé­né­rale et as­sure l’orien­ta­tion et le ré­fé­ren­ce­ment vers les spé­cia­listes et les struc­tures de soins. La per­ma­nence psy­cho­lo­gique as­sure un sou­tien et un ac­com­pa­gne­ment psy­cho­lo­giques dans le cadre de consul­ta­tions in­di­vi­duelles et à tra­vers l’ani­ma­tion de groupes d’ex­pres­sion. Entre sep­tembre 2015 et avril 2017, près de 691 consul­ta­tions mé­di­cales et 147 consul­ta­tions psy­cho­lo­giques ont été as­su­rées par Mé­de­cins du Monde Tu­ni­sie. La per­ma­nence so­ciale as­sure l’ac­cueil, l’ac­com­pa­gne­ment des mi­grants dans les struc­tures sa­ni­taires et l’orien­ta­tion vers les struc­tures de san­té et les as­so­cia­tions par­te­naires. Jus­qu’en avril der­nier, 248 mi­grants ont été ac­cueillis par Mé­de­cins du Monde Tu­ni­sie, re­pré­sen­tant une vraie mo­saïque de 35 pays. Les res­sor­tis­sants de la Côte d’ivoire re­pré­sentent 45% de la po­pu­la­tion to­tale, sui­vis par les mi­grants ori­gi­naires de la Syrie (10%), de la RDC (10%), du Ca­me­roun (7%), de la Li­bye (5%), du Con­go Braz­za­ville (5%), de la RCA, du Ma­li, de la Gui­née et du Sé­né­gal qui re­pré­sentent cha­cun 2% du to­tal de la po­pu­la­tion re­çue. Les autres pays sont très fai­ble­ment re­pré­sen­tés. La po­pu­la­tion ori­gi­naire du Proche-orient est com­po­sée de 87% de Sy­riens. Les pa­tients magh­ré­bins sont à 84% des Li­byens.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.