Le CSS, à l'économie contre L'USBG

Le Temps (Tunisia) - - Sports - Ameur KERKENNI

La 4ème place à la­quelle le CSS a ter­mi­né le cham­pion­nat est per­çue avec beau­coup d’amer­tume et de frus­tra­tion par les clu­bistes sfaxiens qui es­timent que sans les in­jus­tices dont leur équipe fut, à maintes re­prises vic­time, elle au­rait pu ter­mi­ner à la deuxième place au clas­se­ment gé­né­ral der­rière l’es­pé­rance de Tu­nis. Cette 4ème place pour­rait tou­te­fois consti­tuer une maigre conso­la­tion au cas où l’en­semble de Bab Soui­ka et ce­lui de Bab Dje­did se qua­li­fient en fi­nale de la coupe. La réa­li­sa­tion de cette éven­tua­li­té don­ne­ra en ef­fet aux « Noir et Blanc » le droit à une par­ti­ci­pa­tion à la pro­chaine édi­tion de la coupe de la CAF.

Les Sfaxiens, sans for­cer

Pour re­ve­nir à la vic­toire ob­te­nue aux dé­pens de L’USBG, no­tons que celle-ci fut am­ple­ment mé­ri­tée et qu’elle au­rait pu se sol­der par un score plus large en­core si l’ar­bitre n’a pas pri­vé les Sfaxiens d’un but ré­gu­lier de Ndoye et sans les ar­rêts dé­ci­sifs du gar­dien de Ben Guer­dane, Char­fi qui ef­fa­ça au moins deux buts tout faits. A cause de la fai­blesse de l’op­po­si­tion d’une part et par sou­ci de se mé­na­ger en pré­vi­sion du match en coupe de la CAF, pré­vu le mar­di pro­chain contre la MC d’alger, d’autre part, l’en­semble sfaxien n’a pas cher­ché à éle­ver le rythme et joué à l’économie.

Quand Jri­di se met de nou­veau en évi­dence

Même s’il n’a pas été très sol­li­ci­té par un ad­ver­saire à court d’ar­gu­ments of­fen­sifs, le gar­dien sfaxien Ra­mi Jri­di, tou­jours égal à lui-même, s’est mis de nou­veau à l’évi­dence en exé­cu­tant avec suc­cès un pé­nal­ty ayant sanc­tion­né une faute de la dé­fense de Ben Guer­dane sur Ma­her Ha­na­chi avant d’ar­rê­ter un autre, gra­cieu­se­ment ac­cor­dé par l’ar­bitre Fares Bou­ghe­cha à l’équipe vi­si­teuse, que le gar­dien Char­fi, cher­chant à l’évi­dence à rendre à son hom­logue sfaxien la mon­naie de sa pièce, s’est char­gé de bot­ter, sans suc­cès.

Une for­ma­tion sfaxienne, sans chan­ge­ment

Mais au-de­là de la vic­toire le fait saillant à retenir, cô­té sfaxien, du match c’est que le nou­vel en­traî­neur n’a pas ap­por­té des chan­ge­ments à son équipe, lais­sant les jeunes nou­vel­le­ment pro­mus sur le banc et là nous fai­sons al­lu­sion sur­tout aux Dag­doug, Chaout et autre Ben You­nés qui ont été mis tous les trois sur le banc. A l’évi­dence Jorrge Cos­ta a op­té pour la conti­nui­té en ali­gnant une équipe com­po­sée de joueurs ex­pé­ri­men­tés et ce en pré­vi­sion de l’échéance conti­nen­tale, pré­vue dans quatre jours dans la ca­pi­tale al­gé­rienne.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.