La cam­pagne des lé­gis­la­tives re­prend avec un duel May-cor­byn

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Après une sus­pen­sion de quelques jours par res­pect pour les vic­times de l’at­ten­tat de Man­ches­ter, la cam­pagne pour les élec­tions an­ti­ci­pées du 8 juin a re­pris plei­ne­ment au Royaume-uni, avec un duel en pa­ral­lèle entre la Pre­mière mi­nistre conser­va­trice et le di­ri­geant du par­ti d’op­po­si­tion tra­vailliste. The­re­sa May et Je­re­my Cor­byn ne se sont pas af­fron­tés di­rec­te­ment, mais via les ques­tions d’un pu­blic et du jour­na­liste po­li­tique ve­dette Je­re­my Pax­man. Ce grand ren­dez-vous té­lé­vi­sé était une épreuve im­por­tante pour les deux prin­ci­paux can­di­dats des élec­tions et la ten­sion chez The­re­sa May comme chez Je­re­my Cor­byn était pal­pable. La di­ri­geante conser­va­trice a sys­té­ma­ti­que­ment re­fu­sé tout débat avec ses ad­ver­saires lors de cette cam­pagne, mais elle a dû faire face lun­di soir à des ques­tions sans conces­sion de la part d’un pu­blic qui ne l’a pas mé­na­gée. En règle gé­né­rale, les deux can­di­dats ont dû faire face à des ques­tions dif­fi­ciles sur la sé­cu­ri­té, le Brexit ou en­core les dé­penses pu­bliques. The­re­sa May a été prise à par­tie sur le manque de fi­nan­ce­ment des ser­vices de san­té, les coupes bud­gé­taires au sein de la po­lice et de l’édu­ca­tion, ou sa pro­po­si­tion très contro­ver­sée de taxer lour­de­ment les re­trai­tés pour la prise en charge de leurs soins.

The­re­sa May, un lea­der fort

et stable ? Vi­si­ble­ment mal à l’aise, la Pre­mière mi­nistre a ré­pon­du de fa­çon dé­cou­sue, res­tant très gé­né­rale, pro­vo­quant à plu­sieurs mo­ments la co­lère voire les mo­que­ries des spec­ta­teurs. A l’in­verse, Je­re­my Cor­byn, qui a été jusque-là beau­coup cri­ti­qué pour son manque de lea­der­ship et son mi­li­tan­tisme pas­sé d’ex­trême gauche, est ap­pa­ru très po­sé et a eu à coeur d’ex­pli­quer ses po­si­tions.

Le lea­der tra­vailliste a même désar­mé l’agres­si­vi­té d’un de ses in­ter­lo­cu­teurs en pla­teau. Alors, des deux can­di­dats, The­re­sa May - qui a pro­vo­qué ces élec­tions dans l’es­poir d’ac­croître sa ma­jo­ri­té par­le­men­taire - avait le plus à perdre et n’au­ra pas fait de faux pas ma­jeur. Mais il n’est pas sûr qu’elle ait réus­si à se pré­sen­ter comme un lea­der « fort et stable », comme le clame son slo­gan de cam­pagne.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.