Quelle po­li­tique mi­gra­toire après les an­nonces de Ma­cron?

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Lun­di, le pré­sident fran­çais, Em­ma­nuel Ma­cron, a an­non­cé l’in­ten­tion des au­to­ri­tés d’en­voyer des mis­sions d’iden­ti­fi­ca­tions de de­man­deurs d’asile au Tchad et au Ni­ger pour per­mettre d’ici deux ans à 3 000 ré­fu­giés de re­joindre la France. Une nou­velle po­li­tique de re­lo­ca­li­sa­tion dont les contre­par­ties pour les pays tiers ne sont pas en­core connues.

La France s’est en­ga­gée lun­di à of­frir 3 000 places aux ré­fu­giés du Ni­ger et du Tchad. Une nou­velle po­li­tique de ré­ins­tal­la­tion qui est ame­née à se dé­ve­lop­per en Eu­rope, se­lon le cher­cheur Yves Pas­couau : « La lo­gique qui au­jourd’hui est en train de se dé­ve­lop­per est celle de consi­dé­rer qu’il im­porte dé­sor­mais que les pays tiers prennent une part beau­coup plus im­por­tante dans la ges­tion des phé­no­mènes mi­gra­toires ».

Contre­par­ties fi­nan­cières Des contre­par­ties fi­nan­cières se­raient alors en­vi­sa­gées, l’idée de condi­tion­ner l’aide au dé­ve­lop­pe­ment à l’ob­ten­tion de ré­sul­tats est aus­si avan­cée, mais les pays afri­cains concer­nés ont-ils réel­le­ment en­vie de prendre à leur charge la ges­tion de ces flux mi­gra­toires ? Yves Pas­couau est scep­tique : « Les pays afri­cains n’y voient peut-être pas non plus un vé­ri­table in­té­rêt, ces pays tiers bé­né­fi­cient aus­si beau­coup dans l’im­mi­gra­tion, puisque ce que l’on ap­pelle les en­vois de fonds, donc des fa­milles vers leurs pays d’ori­gine sont bien plus im­por­tant en termes de va­leur mo­né­taire que l’aide pu­blique au dé­ve­lop­pe­ment ». « Ex­ter­na­li­ser » la po­li­tique d’asile ? Et pour le cher­cheur, à terme, l’ob­jec­tif des Eu­ro­péens semble être de for­cer les can­di­dats afri­cains à l’asile à faire ex­clu­si­ve­ment leur de­mande de­puis le con­tinent : « Je suis qua­si­ment con­vain­cu qu’un cer­tain nombre de di­ri­geants eu­ro­péens ont cette idée-là en tête. On peut avoir pour vo­lon­té po­li­tique «d’ex­ter­na­li­ser» la po­li­tique d’asile et c’est un sens qui est en train d’être pris par un cer­tain nombre d’etats membres de L’UE. Mais cette ex­ter­na­li­sa­tion ne pour­ra pas se faire au dé­tri­ment du res­pect des droits fon­da­men­taux ».

Cette ques­tion mi­gra­toire se­ra à l’ordre du jour du som­met Union eu­ro­péen­nea­frique, pré­vu fin no­vembre à Abid­jan.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.