Des actes de tor­ture dans les pri­sons turques

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Se­lon Hr­watch

Des per­sonnes ac­cu­sées en Tur­quie d’avoir des liens avec le ter­ro­risme ou avec la ten­ta­tive de coup d’etat mi­li­taire de 2016 ont été tor­tu­rées alors qu’elles étaient sous la garde de la po­lice. D’autres ont été en­le­vées, dans un contexte où se mul­ti­plient les preuves que des abus sont com­mis contre les dé­te­nus, a dé­cla­ré Hu­man Rights Watch (HRW). Pour Hugh William­son, le di­rec­teur Eu­rope de Hu­man Rights Watch, « ce rap­port donne mal­heu­reu­se­ment une vraie image de la réa­li­té. Nous avons pas­sé des mois à do­cu­men­ter un nombre de cas très sè­rieux de gens tor­tu­ré par la po­lice il s’agit de per­sonnes ac­cu­sées de ter­ro­risme ou d’avoir par­ti­ci­pé au coup d’état mi­li­taire, elles ont été bat­tues, agres­sées sexuel­le­ment ou désha­billées et me­na­cées. » « On se re­trouve dans une si­tua­tion qui res­semble à ce qui se pas­sait à la fin les an­nées 90, pour­suit M. William­son. On a été très pru­dent on ne pré­sente que des cas in­dis­cu­tables. On a onze cas pour les­quelles il y a des preuves de tor­ture et cinq cas d’en­lè­ve­ment dans la rue, nous avons peur qu’il y ait de nom­breux autres cas de ce type. »

Les per­sonnes les plus ex­po­sées au risque de tor­ture, conti­nue L’ONG dans ce rap­port in­ti­tu­lé « En garde à vue : tor­tures po­li­cières et en­lè­ve­ments en Tur­quie », sont donc celles qui sont ac­cu­sées de liens avec le putsch man­qué ou avec le Par­ti des tra­vailleurs du Kur­dis­tan (PKK), clas­sé or­ga­ni­sa­tion « ter­ro­riste » par An­ka­ra et ses al­liés oc­ci­den­taux. Les au­to­ri­tés turques ac­cusent le pré­di­ca­teur exi­lé aux Etats-unis Fe­thul­lah Gü­len, d’avoir our­di la ten­ta­tive de coup d’etat, ce que l’in­té­res­sé nie. De­puis juillet 2016, quelque 50 000 per­sonnes ont été ar­rê­tées et plus de 140 000 li­mo­gées ou sus­pen­dues. Le gou­ver­ne­ment turc a à plu­sieurs re­prises dé­men­ti les ac­cu­sa­tions de mau­vais trai­te­ments. En sep­tembre 2017, le mi­nistre de la Jus­tice, Abül­ha­mit Gül, a ain­si af­fir­mé qu’an­ka­ra avait une « to­lé­rance zé­ro » pour la tor­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.