ILS ONT DIT:

Le Temps (Tunisia) - - Proximité -

«Les évé­ne­ments de Ké­bi­li ain­si que la mul­ti­pli­ca­tion des ten­ta­tives d’im­mi­gra­tion illi­cite sont deux faits graves, qui ex­priment un ras-le-bol, un point de non-re­tour at­teint par la po­pu­la­tion et un désen­ga­ge­ment pa­trio­tique. Deux points sur les­quels la classe po­li­tique de­vrait mé­di­ter. Le mou­ve­ment n’était ni spon­ta­né, ni in­no­cent, ni gra­tuit, mais or­ches­tré et vi­sait à faire va­loir que le pou­voir en place doit tom­ber. Les évé­ne­ments de Ké­bi­li sont une preuve que les po­li­ti­ciens n’ont pas com­pris la mis­sion qui leur est de­man­dée. L’un des rôles des po­li­tiques est de se mê­ler au peuple, de l’en­tendre et de lui faire com­prendre les dé­ci­sions du gou­ver­ne­ment, le cas échéant.» Ab­del­fat­teh Mou­rou (Pre­mier vice-pré­sident du mou­ve­ment En­nahd­ha)

«Vous al­lez avoir vos aug­men­ta­tions, n’en dé­plaise à cer­tains! Le conflit avec le gou­ver­ne­ment et L’UTICA est un conflit de prin­cipe. Lors­qu’un Pro­cès ver­bal est si­gné il faut le res­pec­ter. Cha­cun doit res­pec­ter ses en­ga­ge­ments! D’ailleurs un PV concer­nant les aug­men­ta­tions de 2018 a été si­gné. Ces aug­men­ta­tions concer­ne­ront les sec­teurs pu­blic et pri­vé. Les pour­par­lers dé­bu­te­ront au prin­temps 2018. Ils concer­ne­ront le ren­for­ce­ment du pou­voir d’achat des sa­la­riés.» Nou­red­dine Ta­bou­bi (Se­cré­taire gé­né­ral de L’UGTT)

«Le gou­ver­ne­ment est in­vi­té à ac­cé­lé­rer l’équi­pe­ment des tri­bu­naux ad­mi­nis­tra­tifs ré­gio­naux. L’at­ten­tion du gou­ver­ne­ment doit être bra­quée sur la né­ces­si­té de four­nir les res­sources né­ces­saires pour la main­te­nance des lo­caux. Un grand nombre de lo­caux re­quièrent beau­coup de moyens pour ce qui est de l'in­fra­struc­ture, pour ga­ran­tir un mi­ni­mum de condi­tions pour le bon fonc­tion­ne­ment de ces tri­bu­naux.» Ham­di Mrad (Se­cré­taire gé­né­ral de l'as­so­cia­tion des ma­gis­trats tu­ni­siens)

«Une grande fier­té est res­sen­tie avec la réa­li­sa­tion d'un rêve qui dure de­puis plus de 21 ans, en l'oc­cur­rence la mise en place des Chambres ré­gio­nales du Tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif dans 12 gou­ver­no­rats à l'in­té­rieur du pays. Ce qui va consa­crer la dé­cen­tra­li­sa­tion et la proxi­mi­té au pro­fit des ci­toyens là où ils se trouvent. Ce qui consti­tue une dé­ci­sion qui vient s'ajou­ter à celle du re­cru­te­ment de 60 nou­veaux juges ad­mi­nis­tra­tifs, une me­sure his­to­rique sans pré­cé­dent. Tou­te­fois, cer­taines par­ties re­fusent en­core d'ap­pli­quer les ju­ge­ments, comme ce­la été le cas de l'ins­tance Vé­ri­té et Di­gni­té (IVD). Mais là aus­si, des re­cours sont pos­sibles pour les jus­ti­ciables afin d'ob­te­nir gain de cause avec, en sus, un éven­tuel dé­dom­ma­ge­ment.» Mo­ha­med Ka­rim Ja­mous­si (Com­mis­saire d'etat gé­né­ral au Tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif)

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.