Of­fen­sive de l’ar­mée à Kir­kouk

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Irak

L’ar­mée ira­kienne a an­non­cé, hier, le dé­but d’opé­ra­tions mi­li­taires dans la pro­vince de Kir­kouk. Dans le même temps, des mil­liers de com­bat­tants kurdes d’irak étaient ven­dre­di en alerte pour « se dé­fendre quel qu’en soit le prix » face à un éven­tuel as­saut des forces pro-gou­ver­ne­men­tales dans cette pro­vince sep­ten­trio­nale pé­tro­lière, a in­di­qué un conseiller du pré­sident kurde Mas­soud Bar­za­ni. Bag­dad a lan­cé hier des opé­ra­tions mi­li­taires dans la pro­vince de Kir­kouk, a in­di­qué un gé­né­ral sur place, sous cou­vert de l’ano­ny­mat. Une pro­vince très dis­pu­tée entre com­mu­nau­tés. « Les forces ar­mées ira­kiennes avancent pour re­prendre leurs postes mi­li­taires pris lors des évé­ne­ments de juin 2014 », lorsque les pesh­mer­gas (com­bat­tants kurdes) se sont em­pa­rés de po­si­tions des forces du gou­ver­ne­ment cen­tral dans le chaos créé par la per­cée ter­ro­riste.

Po­si­tion­né au sud de la ville de Kir­kouk, qui a concen­tré les ten­sions lors de la te­nue, il y a plus de deux se­maines, du ré­fé­ren­dum d’in­dé­pen­dance kurde, ce gé­né­ral a ajou­té que les forces gou­ver­ne­men­tales, pos­tées au sud-ouest de la ville, fai­saient mou­ve­ment vers le sud de la pro­vince épo­nyme. Elles ont re­pris « ven­dre­di ma­tin la base 102, à l’ouest de la ville de Kir­kouk, près de l’au­to­route me­nant à Ti­krit, dé­ser­tée sans com­bat par les pesh­mer­gas, qui y étaient jus­qu’à hier soir, et des mu­ni­tions s’y trou­vaient en­core », a in­di­qué l’of­fi­cier. « Se dé­fendre, quel qu’en

soit le prix » Au même mo­ment, les Kurdes ira­kiens se pré­parent à l’of­fen­sive. Ils clament de­puis plu­sieurs jours que Bag­dad pla­ni­fie des opé­ra­tions d’am­pleur, dans le but de re­prendre par la force le pé­trole de Kir­kouk. Et ré­pètent de­puis 24 heures qu’ils sont « prêts à se ré­pondre à une of­fen­sive gou­ver­ne­men­tale », et dressent des bar­rages rou­tiers. « Ces forces se trouvent à 3 km des lignes de front des pesh­mer­gas (com­bat­tants kurdes), et (nos) ser­vices de ren­sei­gne­ment in­diquent leur in­ten­tion de s’em­pa­rer des champs pé­tro­liers, d’un aé­ro­port et d’une base mi­li­taire. » Le Pre­mier mi­nistre ira­kien Hai­der al-aba­di avait pour­tant dé­men­ti jeu­di des pré­pa­ra­tifs en vue d’une at­taque contre des po­si­tions kurdes. He­min Ha­wra­mi, conseiller du pré­sident de la ré­gion au­to­nome du Kur­dis­tan, Mas­soud Bar­za­ni, a af­fir­mé sur Twit­ter que « des mil­liers de pesh­mer­gas lour­de­ment ar­més étaient dé­sor­mais po­si­tion­nés au­tour de Kir­kouk ».

« Ils ont pour ordre de se dé­fendre quel qu’en soit le prix », a-t-il ajou­té, et sont « to­ta­le­ment prêts à ré­pondre à une éven­tuelle at­taque des Uni­tés de mo­bi­li­sa­tion po­pu­laire » la force pa­ra­mi­li­taire pro­gou­ver­ne­men­tale for­mée en 2014 pour faire face à la per­cée ter­ro­riste. « L’es­ca­lade ne vien­dra pas de notre part, nous nous dé­fen­drons seule­ment et nous les re­pous­se­rons s’ils at­taquent », a pro­mis l’of­fi­cier, qui le ré­pète sur Twit­ter. Les ten­sions sont gran­dis­santes entre les au­to­ri­tés ira­kiennes à Bag­dad et les Kurdes de­puis qu’ils ont or­ga­ni­sé un ré­fé­ren­dum pour l’in­dé­pen­dance de leur ré­gion, lar­ge­ment plé­bis­ci­tée.

Les com­bat­tants pesh­mer­gas se pré­parent à une of­fen­sive de l’ar­mée ira­kienne

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.