In­té­res­sante ex­po­si­tion sur la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

De­ve­nue, de nos jours, un pro­duit rare, la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie a connu, pour­tant, au­tre­fois, des mo­ments de gloire illus­trés par le grand nombre de titres et de jour­naux, en arabe, mais aus­si en fran­çais et en ita­lien, pu­bliés sous cette éti­quette, no­tam­ment sous le pro­tec­to­rat fran­çais et jus­qu’à l’in­dé­pen­dance en 1956. Le Centre de la do­cu­men­ta­tion na­tio­nale a pris l’heu­reuse ini­tia­tive d’or­ga­ni­ser une ex­po­si­tion in­té­res­sante sur ce vé­ri­table tré­sor jour­na­lis­tique et élé­ment pré­cieux du pa­tri­moine na­tio­nal, à la ga­le­rie de l’in­for­ma­tion à Tu­nis, du 13 au 16 no­vembre. Le com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, Atef Inou­bli, nous a in­di­qué que cette ma­ni­fes­ta­tion fait suite à l’ex­po­si­tion sur la presse écrite en Tu­ni­sie des ori­gines à 1956, or­ga­ni­sée en mai der­nier, par le CDN, no­tant que nous avons alors pro­mis au pu­blic d’or­ga­ni­ser une ex­po­si­tion si­mi­laire sur la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie. Quelques com­mu­ni­ca­teurs convain­cus avaient es­sayé de ra­vi­ver la flamme de la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie après la ré­vo­lu­tion de 2011, en pu­bliant des jour­naux dans ce sens dont Bé­chir Gou­ta­li qui a pu­blié un jour­nal in­ti­tu­lé «Ahoual», et Sé­lim Bou­khd­hir qui a pu­blié le jour­nal in­ti­tu­lé «El Gat­tous» (Le chat), mais leurs ini­tia­tives avaient bu­té aux pro­blèmes fi­nan­ciers, se­lon Gou­ta­li. En ef­fet, la pros­pé­ri­té de la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie sous le pro­tec­to­rat avait été fa­vo­ri­sée par son adap­ta­tion à la cri­tique, comme tous les genres sa­ty­riques en gé­né­ral. Comme elle se prê­tait bien à la cri­tique et à la pa­ro­die, elle avait été lar­ge­ment uti­li­sée par les na­tio­na­listes pour cri­ti­quer et dé­non­cer les aber­ra­tions de la si­tua­tion sous le pro­tec­to­rat fran­çais et consti­tuait ain­si une arme et une forme de mi­li­tan­tisme. La si­tua­tion d’après la ré­vo­lu­tion était, aus­si, adap­tée à la cri­tique sa­ty­rique.

Mais, le plus si­gni­fi­ca­tif dans cet en­ga­ge­ment na­tio­na­liste est que les fon­da­teurs de plu­sieurs jour­naux sa­ty­riques étaient is­sus de mi­lieux éloi­gnés du do­maine. Cer­tains étaient des com­mer­çants et des mar­chands de pro­duits ar­ti­sa­naux.

Se­lon le com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, au to­tal, 45 jour­naux sa­ty­riques ont été pu­bliés en Tu­ni­sie, de­puis 1888. Les deux pre­miers étaient en fran­çais, «Le Pi­lo­ri tu­ni­sien» (1892) et «Le Cha­ri­va­ri tu­ni­sien», plus an­cien (1888). Les pre­miers jour­naux sa­ty­riques tu­ni­siens en arabe ont vu le jour en 1906, l’un in­ti­tu­lé «Ta­rouih En­nou­fous» à l’ini­tia­tive de Az­zouz Ben Ah­med Khia­ri et l’autre in­ti­tu­lé «El Mouz’ij» à l’ini­tia­tive de Mo­ha­med Ben Om­rane. Mais, ces jour­naux ne du­raient pas long­temps. Le seul jour­nal sa­ty­rique tu­ni­sien qui a pu ré­sis­ter aux vi­cis­si­tudes vingt ans du­rant est le jour­nal « An­na­dim», pu­blié à par­tir de 1921 par la grande fi­gure na­tio­nale, Has­sine Al Ja­zi­ri. Sans mé­con­naitre le rôle de tous ceux ayant contri­bué à l’es­sor de la presse sa­ty­rique en Tu­ni­sie, il faut men­tion­ner éga­le­ment l’ap­port par­ti­cu­lier de l’écri­vain Ali Doua­gi qui a pu­blié, en 1936, un jour­nal sa­ty­rique in­ti­tu­lé «Es­sou­rour», et ce­lui de l’autre fi­gure très connue, en Tu­ni­sie et dans le monde arabe, Mo­ha­med Bay­rem Et­toun­si qui a pu­blié, lors de son sé­jour en Tu­ni­sie, de 1932 à 1936, le jour­nal sa­ty­rique in­ti­tu­lé «Echa­bab» (La Jeu­nesse), en 1936. Par ses écrits mor­dants, comme, au­pa­ra­vant en Egypte, il s’ex­po­sa, en Tu­ni­sie, aus­si, au cour­roux des au­to­ri­tés du pro­tec­to­rat qui or­don­nèrent son exil.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.