La grève du sec­teur pu­blic au­ra-t-elle lieu ?

Mo­bi­li­sa­tion et dé­cla­ra­tion en­flam­mées de L’UGTT

Le Temps (Tunisia) - - LA UNE -

Le Temps - L’opi­nion pu­blique est te­nue en ha­leine, après les dé­cla­ra­tions en­flam­mées des res­pon­sables de l’union gé­né­rale tu­ni­sienne du tra­vail (UGTT) et leur mo­bi­li­sa­tion pour an­non­cer que la grève gé­né­rale de la fonc­tion pu­blique et celle du sec­teur pu­blic vont avoir lieu comme pro­mis, aux dates fixées. Tou­te­fois, le ci­toyen n’en est pas très convain­cu et pense que la rai­son va pré­va­loir, sur­tout après la ren­contre entre Yous­sef Cha­hed, le pré­sident du gou­ver­ne­ment, avec le se­cré­taire gé­né­ral de la cen­trale syn­di­cale, Nou­red­dine Ta­bou­bi.

Le Temps - L’opi­nion pu­blique est te­nue en ha­leine, après les dé­cla­ra­tions en­flam­mées des res­pon­sables de l’union gé­né­rale tu­ni­sienne du tra­vail (UGTT) et leur mo­bi­li­sa­tion pour an­non­cer que la grève gé­né­rale de la fonc­tion pu­blique et celle du sec­teur pu­blic vont avoir lieu comme pro­mis, aux dates fixées. Tou­te­fois, le ci­toyen n’en est pas très convain­cu et pense que la rai­son va pré­va­loir, sur­tout après la ren­contre entre Yous­sef Cha­hed, le pré­sident du gou­ver­ne­ment, avec le se­cré­taire gé­né­ral de la cen­trale syn­di­cale, Nou­red­dine Ta­bou­bi.

Le pays n’a au­cu­ne­ment be­soin de cette grève qui va, à n’en pas dou­ter, en­flam­mer le pays et peut conduire vers l’in­con­nu, alors que tout vire au rouge et que cer­tains an­noncent, même, un em­bra­se­ment gé­né­ral qui ne se­ra pro­fi­table à per­sonne.

Certes, le pou­voir d’achat du ci­toyen s’est dé­gra­dé d’une ma­nière ca­tas­tro­phique. Certes, aus­si, que les caisses de l’etat ne peuvent pas sup­por­ter un far­deau plus lourd, avec une masse sa­la­riale por­tée à 14,1%. Tou­te­fois, il doit y avoir une ligne mé­diane qui per­met­tra d’évi­ter le pire.

En­tre­temps, les cam­pagnes des res­pon­sables de L’UGTT se pour­suivent, à tra­vers les ré­gions, af­fir­mant, comme l’a sou­li­gné, hier le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de l’union gé­né­rale tu­ni­sienne du tra­vail (UGTT) char­gé du sec­teur pri­vé, Mo­ha­med Ali Bough­di­ri, qui a in­di­qué que la grève gé­né­rale pré­vue le 24 oc­tobre pro­chain et le 22 no­vembre 2018 dans le sec­teur pu­blic et dans la fonc­tion pu­blique est une ré­ac­tion à la re­non­cia­tion du gou­ver­ne­ment à ses en­ga­ge­ments, et son in­ten­tion de cé­der quelques en­tre­prises du sec­teur pu­blic ", a sou­li­gné sa­me­di.

Ou­ver­ture au dia­logue

As­sis­tant à l’ou­ver­ture des tra­vaux de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de L’UGTT à Ké­bi­li, Bough­di­ri a ré­af­fir­mé l’ou­ver­ture de l’or­ga­ni­sa­tion syn­di­cale au dia­logue rap­pe­lant que, dans ce sens, le se­cré­taire gé­né­ral de L’UGTT avait ren­con­tré ven­dre­di le chef du gou­ver­ne­ment.

La même source a in­di­qué que les com­mis­sions ad­mi­nis­tra­tives qui se tiennent au cours de cette pé­riode dans les dif­fé­rentes ré­gions du pays visent à faire réus­sir les pro­chains mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion pour dé­fendre le sec­teur pu­blic et les en­tre­prises pu­bliques qui ont un rôle éco­no­mique et so­cial im­por­tant dans le pays.

Bough­di­ri a pré­ci­sé, dans une dé­cla­ra­tion à l’agence TAP, que L’UGTT avait ex­pri­mé clai­re­ment sa po­si­tion et a in­di­qué que le gou­ver­ne­ment ac­tuel a échoué dans la ré­so­lu­tion de la crise éco­no­mique et so­ciale, fai­sant re­mar­quer que l’or­ga­ni­sa­tion syn­di­cale ac­corde la prio­ri­té aux re­ven­di­ca­tions so­ciales liées no­tam­ment à la dé­té­rio­ra­tion du pou­voir d’achat des tra­vailleurs. Se­lon la même source, le gou­ver­ne­ment a ap­pro­fon­di la crise en pen­sant à la ces­sion des en­tre­prises pu­bliques

Mo­bi­li­sa­tion des forces vives.

Bough­di­ri a es­ti­mé que la si­tua­tion ac­tuelle dans le pays exige la mo­bi­li­sa­tion des forces vives si­gna­lant que le pro­jet du bud­get de l’etat de 2019 semble en des­sous des at­tentes ce qui im­pac­te­ra né­ga­ti­ve­ment les condi­tions de vie des tra­vailleurs.

Pour sa part, Boua­li Mbar­ki, se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de L'UGTT, a sou­li­gné que la dé­ci­sion de l'union gé­né­rale Tu­ni­sienne du Tra­vail (UGTT) de dé­cré­ter une grève dans le sec­teur pu­blic et dans la fonc­tion pu­blique n'a pas pour ob­jec­tif de contraindre le gou­ver­ne­ment à ef­fec­tuer des aug­men­ta­tions sa­la­riales ou à dé­mis­sion­ner mais pour pro­tes­ter contre le blo­cage au ni­veau des né­go­cia­tions so­ciales.

La cen­trale syn­di­cale dé­nonce le cli­mat so­cial ten­du qui règne dans le pays à cause de la crise po­li­tique ac­tuelle, a ajou­té Mbar­ki en marge de la te­nue des tra­vaux de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de l'union ré­gio­nale du tra­vail à Ga­bès.

Un droit lé­gi­time

L'aug­men­ta­tion sa­la­riale re­pré­sente un droit lé­gi­time pour les sa­la­riés face à une hausse exor­bi­tante des prix et une dé­té­rio­ra­tion du pou­voir d'achat, a en­core es­ti­mé la même source. Le res­pon­sable syn­di­cal a ap­pe­lé les dif­fé­rentes par­ties à cir­cons­crire la crise po­li­tique et à sur­mon­ter les ti­raille­ments po­li­tiques pour axer les ef­forts sur le dia­logue so­cial et éco­no­mique qui réuni les par­ties so­ciales et po­li­tiques dans le but d'in­tro­duire les ré­formes né­ces­saires. La cen­trale syn­di­cale pro­pose une ap­proche in­té­grale dans le trai­te­ment des re­ven­di­ca­tions so­ciales, la dé­fense des droits des sa­la­riés, et pro­pose une per­cep­tion ré­for­miste des éta­blis­se­ments pu­blics pour les pré­ser­ver, tout en sou­li­gnant l'im­pé­ra­tif de ne pas pri­va­ti­ser les éta­blis­se­ments pu­blics et re­je­tant toutes formes de pres­sions de la part des fonds in­ter­na­tio­naux et des struc­tures fi­nan­cières do­na­trices, a no­tam­ment dit Mbar­ki.

S'agis­sant du pro­jet de loi des fi­nances 2019, Mbar­ki a af­fir­mé que L'UGTT pré­sen­te­ra des pro­po­si­tions au gou­ver­ne­ment en in­sis­tant sur l'im­pé­ra­tif de mai­tri­ser la flam­bée des prix et oeu­vrer pour une jus­tice fis­cale qui prend en consi­dé­ra­tion le pou­voir d'achat des dif­fé­rentes classes so­ciales.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.