Je dé­teste les réunions de fa­mille

Re­gar­dez vos proches d’un oeil neuf

Esprit Yoga HS - - MÉDITATION -

Que ce­la vous plaise ou non, la fa­mille fait par­tie de votre vie ! La pleine conscience peut vous ai­der à mieux vivre avec des per­sonnes que vous consi­dé­rez comme « dif­fi­ciles ».

1 j'es­saie De voir la beau­té

À la pro­chaine réunion de fa­mille, votre mis­sion se­ra de trou­ver le moyen d'ou­vrir votre coeur à ce pa­rent que vous n'avez ja­mais réus­si à sup­por­ter. Ob­ser­vez, et de­man­dez-vous : « Quelle pour­rait être l'in­ten­tion po­si­tive der­rière cette at­ti­tude un peu en­vieuse de ma tante ? Quel genre de dou­leur peut-elle res­sen­tir pour avoir ce com­por­te­ment ? ». Cher­chez en cette per­sonne ses meilleures qua­li­tés et en même temps ou­vrez grand votre coeur pour per­ce­voir tout son déses­poir. Ob­ser­vez avec gé­né­ro­si­té, re­con­nais­sez la gran­deur de cette per­sonne der­rière sa peine ou, peut-être, sa co­lère. Ob­ser­vez avec amour, re­con­nais­sez sa dou­leur. Vous re­mar­que­rez alors comme ce­la peut chan­ger votre at­ti­tude en­vers elle. Et bien en­ten­du, ce­la peut s’ap­pli­quer à plu­sieurs per­sonnes !

2 je m'ob­serve

Même si c'est dou­lou­reux, un re­gard hon­nête sur ce qui vous dé­range re­pré­sente un pas de plus vers la li­ber­té. Prenez conscience de vos réac­tions chaque fois que vous pé­né­trez le cercle fa­mi­lial. Ob­ser­vez ce qui se passe : dans votre lan­gage cor­po­rel (où po­sez-vous vos mains ?), dans vos émo­tions (où po­sez-vous votre re­gard ?). Vous sen­tez-vous im­mé­dia­te­ment sur le qui-vive, prêt à réa­gir ? Êtes-vous ren­fer­mé sur vous-même ? Ami­cal ? Vos pa­roles semblent-elles sin­cères ? Soyez conscient des pen­sées qui vous ha­bitent.

3 je cultive la pensée contraire

Lorsque vous vous sur­pre­nez à pen­ser « Je ne sup­porte pas la fa­çon dont mon cou­sin mâche la nour­ri­ture », trou­vez ra­pi­de­ment une idée contraire et po­si­tive comme « j'aime beau­coup son sens de l'hu­mour ». « Ces en­fants me rendent fou », peut de­ve­nir « n'est-ce pas mer­veilleux toute cette éner­gie ? ». Même si vous n'y croyez pas to­ta­le­ment, l'ef­fort de mo­di­fier vos pen­sées apai­se­ra les hor­mones du stress, et pour­rait même al­ler jus­qu'à vous ins­pi­rer un sen­ti­ment d'amour ou de com­pas­sion, qui sait ?

4 je re­mer­cie

Même si vos proches sont com­pli­qués, ils font par­tie du che­min qui vous a ame­né jus­qu'ici. Pour cette simple rai­son, vous pour­riez les re­mer­cier. Ils n'ont peut-être pas eu la pos­si­bi­li­té de suivre le même par­cours que vous, mais votre at­ti­tude gé­nè­re­ra un chan­ge­ment im­por­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.