le sa­viez-vous ?

Le mar­teau, l’en­clume et l’étrier, des os de l’oreille, sont les trois plus pe­tits os de notre corps. Les trois mis en­semble font la taille d’un pe­tit pois.

Esprit Yoga HS - - LA BOUTIQUE -

Le son ap­porte une vraie ri­chesse à nos ex­pé­riences. C’est un élé­ment clé de la com­mu­ni­ca­tion hu­maine. Il nous ré­jouit par la mu­sique, nous ir­rite par la pol­lu­tion so­nore. Pour que nous puis­sions per­ce­voir les sons, les ondes so­nores sont conver­ties en si­gnaux élec­triques dans l’oreille in­terne qui les transmet en­suite au cer­veau. Ce­la ar­rive ra­pi­de­ment et sans in­ter­rup­tion, à tel point que notre ex­pé­rience est celle d’un conti­nuum. Nous ré­agis­sons im­mé­dia­te­ment à tant de sons : le bruit du pain grillé qui re­monte dans le grille-pain ; la son­ne­rie d’un tex­to ; la si­rène d’une voi­ture de po­lice ; le bruit du « flash in­fo » sur l’écran de la té­lé.

Sou­vent, nous ne sommes pas conscients des bruits ha­bi­tuels de notre vie. En­ten­dez-vous le bruit des pas sur les marches de l’es­ca­lier ? Le bruis­se­ment de la douche quand vous êtes des­sous ? Le « ta­po­tage » de vos doigts sur le cla­vier ? Nous ap­pre­nons à dor­mir mal­gré les bruits de la cir­cu­la­tion, les voix hu­maines, les bruits du vent et de la pluie. Pour­tant, nous nous ré­veillons ra­pi­de­ment si bé­bé pleure. Le son est aus­si un mé­dium très émo­tion­nel qui évoque à la fois la joie et la tris­tesse dans la mu­sique que nous écou­tons ou sur la­quelle nous dan­sons. Éteignez le son d’une émis­sion té­lé et écou­tez-la avec des sous-titres ; vous vous ren­drez compte à quel point le son est im­por­tant dans votre ex­pé­rience émo­tion­nelle de l’émis­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.