le sa­viez-vous ?

Esprit Yoga HS - - LA BOUTIQUE -

Le sens de l’odo­rat est contrô­lé par les seuls nerfs crâ­niens - des nerfs qui pro­viennent du cer­veau et qui contrôlent les fon­tines cor­po­relles comme le mou­ve­ment des yeux, l’ouïe, le goût et la vi­sion - qui peuvent se ré­gé­né­rer. L’odo­rat agit dans l’es­pace - vous pou­vez sen­tir l’odeur du café qui se pré­pare de­puis la pièce voi­sine et vous pou­vez per­ce­voir l’odeur de la fu­mée pro­ve­nant d’un feu dis­tant de plu­sieurs ki­lo­mètres. Pour pro­duire une odeur, une sub­stance doit être as­sez vo­la­tile pour dif­fu­ser des par­ti­cules mi­cro­sco­piques dans l’air. Les mo­lé­cules tra­versent l’air pour ar­ri­ver jus­qu’à nos na­rines, où ré­sident cinq mil­lions de cel­lules ré­cep­tives. Elles dé­clenchent des im­pul­sions dans la par­tie ol­fac­tive du cer­veau. Les odeurs nous aver­tissent, nous disent que quelque chose est en train de brû­ler, ou que la nour­ri­ture a tour­né. Le sens ol­fac­tif nous ré­jouit éga­le­ment quand chaque sai­son nous ap­porte ses odeurs : l’herbe fraî­che­ment ton­due au prin­temps ou le vin cuit en hi­ver. L’odeur peut aus­si tra­ver­ser le temps et nous re­con­nec­ter au pas­sé. « L’odeur est un puis­sant ma­gi­cien qui vous trans­porte à des mil­liers de ki­lo­mètres et à tra­vers toutes les an­nées que vous avez vé­cues » écrit He­len Kel­ler. Le nez transmet de l’in­for­ma­tion via le tha­la­mus vers les ré­gions du cer­veau liées à l’ap­pren­tis­sage et à la mé­moire, ce qui peut ex­pli­quer pour­quoi les odeurs sont si évo­ca­trices d’évé­ne­ments pas­sés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.